LA DIASPORA POLITIQUE CONDAMNEE A PAYER 90 OOO EUROS A SASSOU-NGUESSO.

SASSOU-NGUESSO , vient de réussir un coup  KO  , avec l’aide de ses réseaux maffieux   à  l’encontre de la diaspora  militante  ,  qui souffre d’un déficit criard de solidarité , et championne en  stratégie foireuse.

Le manque de stratégies( ce grain de sel qui à manqué à la diaspora )  pour mener à bien le combat contre le régime criminel de Brazzaville ,  plonge la diaspora dans une  bérézina totale    face au verdict  , qui condamne les jeunes activistes Eugène Maître GAMBIA , Bram MANDELA, qui n’ont jamais reçu un KOPEC comme soutien  de cette diaspora contrairement à FAYE MONAMA, grand exécutant des manipulateurs de la diaspora dont il s’est fait le porte parole ,  moyennant le trafic de sa conscience pour aller au casse-pipe, à deux ans de sursis probatoire assortis de 30.000 EUROS,  chacun

En effet le conflit entre les autorités du Congo et la diaspora   débuta lors du  pseudo référendum pour  le changement de la constitution avec la bénédiction du Président français de l’époque François HOLLANDE en Avril  2013 , a pris  fin.

La cause est donc bonne et légitime , sauf que les outils ont failli faute de mise en musique dans  le cadre d’une stratégie assermentée.

La diaspora congolaise va -t-elle assistée ou laisser ces activistes qui avaient agi au nom des opprimés congolais  seul en face de leur sort ou prendra – t-elle la main en les aidant à payer les dommages et intérêts ,   pour au moins alléger l’épée de Damoclès suspendue sur leurs têtes ?

La solidarité de la diaspora est mise à rude épreuve .

Tel  donc, un coup de tonnerre dans le ciel, la justice est tombée , laissant se désemparer  les troupes  dans les rangs de la diaspora . La débandade qu’occasionne la lourde et sévère décision  du tribunal  cloue  au pilori  les derniers espoirs  que l’on pouvait encore  nourrir  pour la lutte , jamais le coup n’a été aussi  fatale, rude  que de voir pareilles condamnations .

Tout  ressemble désormais  à un champs de bataille après une irréversible défaite  à l’image de  celle de NAPOLEON  et ses troupes  à Bérézina .

Cette épisode tragique de l’épopée  Napoléenniene , est tellement légendaire qu’on en vient  à l’emprunter pour mieux peindre la déconvenue  de la Diaspora Congolaise en France .

Qui l’aurait cru , qui aurait cru  que nous prendrions  une déculottée  pareille!

90 000 euros  de dommages et intérêts  à verser à SASSOU et ses sbires , soit une bagatelle de 30 000 euros pour chacun des condamnés .

Ceci  ressemble à une  crucification  , pour encore mieux définir  les choses .  Hier , on cultivait l’espoir , voilà  que l’on coupe l’herbe sous le pied  à cette diaspora , pourtant vaillante , combattante mais désorganisée. mal structurée.

A qui la faute , bien sur aux condamnés , qui paient le prix de leur   erreur  de jeunesse.

Car , voulant trop bien faire  et se laissant aveuglés, la jeunesse  a pris le chemin étroit de la brutalité , de la violence et donnant du grain à moudre  à la partie adverse , qui , pourtant , ne cesse  de filer du mauvais coton , avec les Pandora  Papers. .

La faute est amputable à ces derniers , certes  mais on saurait  dispenser  ceux ,  qui les ont conduit dans cette situation, ces ainés qui ont joué la partition  de la division  et donc de l’immobilisme .

Or la nature à peur du vide. N’est ce pas eux  qui, par leur  » conneries  » ont poussé les jeunes  à se prendre  en charge ?

Et ont  fini à se jeter  dans la gueule du loup !

Honte à eux , car les jeunes ont manqué de l’encadrement des gens capables  de les guider, de servir de modèle .

Tel  ne fut pas le cas à l’orée  de cette débandade .

C’est donc de l’illusion  perdue, faute de conscience affirmée pouvant et  Devant   servir de lanterne .

Ou sont les TOUNGAMANI Benjamin ,MIAYOUKOU Alexis ,NDOBA Magloire, Marcel  ABIGNA ,OUABARI MARIOTTI  Joseph ,Eugene Fernand LOUBELO, Benoit KOUKEBENE, John Binith DZABA, Godefroy,  KARANDA , MAWA WA MA KIESSE , Simon MOUSSOUNDA, Ferdinand MOUNKALA ,Jean TRILLAND Claude SANGOU,  qui ont disparu  comme du brouillard !!

Maintenant que la calebasse est cassée  et que l’on a le dos au mur , va-t-on  laisser  ces jeunes candides  porter seuls leurs croix ?

Ou va -t- on  faire jouer la solidarité.

La solidarité de la diaspora est mise à l’ épreuve.

Quand le bateau coule, les rats  quittent le navire,  est- ce que c’est le cas maintenant face au drame  , qui vivra verra !

Aux jeunes activistes  un lion ne meurt jamais, il s’endort seulement.

YA LUBU NINI NWETA NWETA , IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

 

Partager :