MONSEIGNEUR MANAMIKA ARCHEVÊQUE DE BRAZZAVILLE VICTIME D’UN LYNCHAGE médiatique.

Monseigneur Bienvenu Manamika Bafouakouahou est né le 16 octobre 1964 à Brazzaville. 

C est est un prélat catholique congolais, archevêque métropolitain de Brazzaville depuis novembre 2021, après avoir été évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Brazzaville en 2020 et évêque du diocèse de Dolisie de 2013 à 2020.

Il a été ordonné prêtre le 29 août 1993 à KINKALA. 

De 1993 à 1995, il est directeur spirituel au petit séminaire Saint Pierre Apôtre de Mindouli dans le diocèse de Kinkala, en plus de sa qualité de prêtre de la paroisse des Martyrs de Mindouli. 

De 1995 à 2000, il étudie le droit canonique à l’université de Salamanque en Espagne tout en étant prêtre dans les églises Saint Paul et Marie de la Miséricorde (1998-1999). 

De 2000 à 2003, il est curé à la paroisse Paray-Vieille-Poste dans le diocèse d Évry, en France. 

Entre 2004 et 2013, il est curé à la cathédrale sainte Monique de Kinkala. Il est en même temps vicaire

général, vicaire judiciaire, délégué épiscopal diocésain de la  Caritas et coordinateur du collège saint Augustin de Kinkala.

Il assure, au même moment, l enseignement du droit canon au grand séminaire Émile BIAYENDA

de Brazzaville

. Le 24 mai 2013, le pape François le nomme évêque du diocèse de Dolisie. C’est le premier évêque de ce diocèse créé par démembrement du diocèse de Nkayi. 

Le 25 août de la même année, il reçoit la consécration épiscopale des mains de Andrés Carrascosa Cozo, nonce apostolique au Congo.

Le 18 avril 2020 il est nommé archevêque coadjuteur de Brazzaville. 

Il est ensuite installé comme archevêque métropiitain de ce diocèse le 21 novembre 2021, au stade Félix Éboué de Brazzaville. 

Il succède à Monseigneur Anatole Milandou dont la renonciation à la charge épiscopale a été acceptée par le pape François pour raison d’atteinte de la limite d’âge, 75 ans.

Sa devise est : « Confirma fratres tuos », ce qui signifie « Raffermis tes frères ».

En effet, après sa sortie médiatique à la ponce Pilate du 26 MAI 2024 sur la question des ventes des terres du congo au Rwanda. Ce dernier faisant son requiem en sorte de confession publique acceptant même le sacrifice suprême pour sa sincérité et sa fidélité à la vérité jura de dire toute la vérité sur la foi de ce qui l’aura vécu et lu à l’issue de cette rencontre «célébrissime »

.Malheureusement dans la mêlée confuse ces propos perdirent de leur ténacité,de leur force, furent donc victimes de la pire des interprétations sur fond d’instrumentalisation des minorités agissantes des loges maçonniques PCT et des Groupements LGBT, lesquels voulurent rendre la monnaie de la pièce à ses propos abusivement considérés comme homophobe dont les têtes de pontes se revendiquent la diaspora.

C’est pourquoi nous ne pouvons rester impassibles à la peine infligés à autrui . Ces barbares des temps modernes n’hésitent point à ourdir un procès d’inquisition surréaliste ; à l’image des israélites qui chargèrent jésus- christ de tous les mots pour le conduire au crucifix .

Ils ont des yeux pour voire et ils ne voient rien, ils ont des oreilles pour entendre mais ils n’entendent rien, mais qui sont -ils ?

Les médias alternatifs de la désinformations des femmes et des hommes maudits de la diaspora qui ont oublié leur histoire et qui peine à connaître leur destin ,que nous allons essayer de décortiquer ici sans aucune retenue pour faire jaillir la lumière, sur toutes ces vérités car une blatte est toujours facilement reconnue quelque soit son camouflage(Surtout avec la cendre).

Monseigneur Manamika Bafuakuao Bienvenu,

Les insectes ne gravitent pas autour d’une lampe éteinte, et on ne lance des pierres que sur un arbre qui porte des fruits .

Un malade qui n’accepte pas le diagnostic de sa pathologie ne peut être soigné , parole de Mwana Nzo.

Pour s’être fait le chantre de la vérité et un allié organique de la cause du peuple, le voici croulant sur les coups de bâtons .

Son infortune ne manque pas de faire les choux gras même dans les rangs ecclésiastiques car ce milieu n’est pas à l’abri des tensions et des divisions qui traversent le pays.

Pour preuve dans son allocution Monseigneur Manamika a eu parfois à s’exprimer en son nom personnel, traduisant les divergences d’opinions qui pouvaient y avoir au sein de l’église. Les oiseaux de mauvais augures se feraient tous les torts du monde à vouloir poser sur la tête de tous les ecclésiastes la couronne d’épines pour indiquer leur tort.

Il nous suffit d’avoir un peu de discernement et de réécouter le message de l ’évêque qu’il est loin de donné quitus à toutes la maisonnées ecclésiastique.

Est- ce que Le fantôme de l’abbé fulbert Youlou ne continue- t- il pas de hanter la terre congolaise en dépit de la cinétique spirituelle ?

La réponse viendra sans doute de vous Monseigneur Manamika.

Force est de reconnaître, que Monseigneur ne manque pas de griots pour être attentif au battements de cœur de la société et d’avoir conséquemment entre- ouvert la porte.

Pardonne leurs Monseigneur leurs pêchés.

Car le visage christique de monseigneur engendre le pardon à la manière du Christ lui même.

Armand Mandziono Butélézi Buntsindi bua Butsiéleka Bua Vindumuna ba ngungu.

Partager :