Denis Sassou-Nguesso peut-il aller au bout de son quatrième mandat ?

 

À peine réélu à sa propre succession, celui qui aurait obtenu 88,57% des suffrages des congolais, est en phase de connaître les moments les plus pires de l’histoire de sa longue et cynique carrière politique.
Au vu du climat particulièrement morose d’angoisse et d’insécurité qui prévaut dans ce pays d’environ 5 millions d’habitants, les cinq années à venir risquent d’être orageuses pour l’actuel président qui peine à convaincre une population plus que désabusée.

En effet, plusieurs contingences ne plaident pas en faveur de l’inaltérable président congolais, qui redoute semble-t-il des moments pré-apocalyptiques d’un pouvoir qui paraît avoir atteint son point d’achoppement.

Parmi les déterminismes de cet épilogue, on peut citer pour l’instant : la paupérisation d’une grande majorité de la population congolaise, la fronde des étudiants observée durant cette fin de semaine, à Bayardelle et à la faculté des sciences, puis la mort inopinée et étrange de Parfait Kolélas, mort devenue un caillou dans la chaussure du pouvoir de Brazzaville.

Tout d’abord, la crise économique et sociale qui sévit actuellement au Congo, est la preuve que Denis Sassou-Nguesso n’a pas été élu par la grande majorité affamée des congolais, qui montre de plus en plus des velléités insurrectionnistes à l’égard du pouvoir de Brazzaville.

Cette crise a assurément une corrélation avec la révolte des étudiants congolais, pris entre colère et désarroi, qui réclament le paiement des arriérés de leur bourse, dans un pays où être étudiant n’octroie pas les mêmes privilèges que lorsqu’on exerce le métier de soldat ou de policier au service du pouvoir.

Par ailleurs, le régime de Brazzaville semble avoir du mal à faire la lumière autour du décès de Parfait Kolélas, malgré la conjecture d’une mort liée à la covid-19 rejetée par une grande partie des congolais.

A ce titre, on apprend de source sûre que nonobstant les injonctions du gouvernement congolais, la famille du disparu s’opposerait à un rapatriement au Congo, de la dépouille de celui qui a subi de plein fouet, la bestialité de ce régime monstrueux.

Eu égard à ce qui précède, il convient de conclure que durant ces cinq prochaines années, Denis Sassou-Nguesso aura toutes les peines du monde à pacifier un peuple qui ne croit plus en lui, et qui aspire à vivre et à articuler les métaphores de son futur sans son bourreau légendaire.

L’histoire des nations nous enseigne que lorsque la misère des peuples est décuplée par les affres du dénuement, le temps des dictatures finit subséquemment par s’étioler et se désagréger, en laissant derrière lui de simples vestiges inconsistants.

Le Congo est sans doute à un tournant de son histoire, une nouvelle page de ses annales est sur le point d’être écrite, et dans le même temps, les prochains mois s’annoncent inquiétants pour la famille Sassou-Nguesso et tous ses fervents courtisans.

« Il y a un temps pour tout », disait l’Ecclésiaste !

Hasta la victoria siempre

YA LUBU NINI NWETA NWETA WILA LE NZOÏSTE.

Partager :

LES ETUDIANTS DE BONAVENTURE   . MBAYA MONTRENT LE CHEMIN A SUIVRE AUX FORCES VIVES DE LA NATION.

https://www.facebook.com/tsiari/videos/3687848837980452

La confirmation   des résultats provisoires  biaisés du scrutin présidentiel  du 21 mars qui se fera le  lundi 5 , sous la contrainte de l’employeur de Dieu au Congo,  devrait  normalement en toute honnêteté et humanisme  des uns et des autres être annulé par la cours constitutionnelle,  si elle était indépendante  au regard du fameux article 70 ,  de la constitution imposée le 6 novembre 2015, via le referendum de la même année  au prix  du gout  du sang des martyrs congolais.

Il est a relever que les 88,57°/°  seront le détonateur de  la cocote minute qui ne cesse de bouillir ,  suite à  la putréfaction conséquente d’une gouvernance ethno- centrique, tribalo-clanique dans tous les secteurs du pays ,  depuis l’arrivée au pouvoir de Denis SASSOU-NGUESSO le 5 février 1979 ,  plan quinquennal fiasco, transition flexible fiasco, chemin d’avenir , métamorphosé en chemin de la mort , la marche vers le développement une utopie irréalisable , l’émergence d’ici 2025, une pestilence d’un villageois  primitif d’Edou,   et maintenant ensemble poursuivons la marche arrière  avec le PCT, le MCDDI , le RD PS et L’UPADS, sans oublier les associations démoniaques aux slogans  DS N ou rien.

La démonstration des futurs cadres du Congo à la fac des sciences  de  l’université Marien- NGOUABI, caricature bel et bien comment sera la chute prochaine  de ce pouvoir et cela devant l’impuissance des criminels habillés en tenue militaire.

YA LUBU NINI NWETA NWETA LE NZOÏSTE TELEWO.

Partager :

LA DIASPORA DU  CONGO/B. EST  – ELLE UNE FORCE DES TÉNÈBRES OU D’ESPOIR ?

 

La méchanceté pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté disait Publius Syrus , et le vieux sage Korobo renchérit le lièvre compte sur ses jambes, le lion sur ses dent : chacun  survit comme il peut.

Comment comprendre  que cette diaspora   , qui a été méchante , jaloux du  combat mené par  GBP KOLELAS, et dont le moïse est encore vivant (Général MOKOKO),puisse  se lever comme un seul homme pour compatir à la disparition de celui qu’ils ont traité de Judas Iscariote depuis 2016.

Même , si l’émotion est nègre et la raison Hélène, il y a de quoi se poser la question de savoir qui sont ces personnes,  qui deviennent inconsolables face au drame qui a emporté   Parfait KOLELAS  , qu’ils ont combattu jusqu’à son  lit de mort doutant même de sa sincérité ?

Cette compassion ne cacherait-elle pas des larmes de crocodile ,  des gens qui en réalité se réjouiraient d’un plancher débarrassé , d’un concurrent encombrant ,   qui libèrerait le chemin à leur champion  le général MOKOKO, la figure tutélaire de leur combat  en attendant sa liberation hypothétique,  quand on connaît le sort des prisonniers du docteur MENGUELE  d’OYO.

Une chose est vraie quand la chasse finie   , le chasseur rassemble ses chiens et rentre au village (TATA MEZA A TSANGAMANI).

Au- delà , du drame que nous vivons tous, ce n’est pas en larmoyant continuellement que nous sortirons de l’état de privation dans lequel nous sommes plongés, même , si les méthodes de neutralisation de l’adversité son contraires aux valeurs humanistes prônées.

Allons –nous toujours continuer à nous livrer en spectacle avec des manifestations dont les finalités nécessitent de plus en plus d’interrogations  au regard du temps écoulé   , au point de se demander ce qui motiverait réellement leurs initiateurs ?

Sinon , comment comprendre qu’on puisse utiliser des images de stars Afro-Américaines,  qui pour certains baignent dans des cultes sataniques , à l’instar des gangsters qui règnent aux sommets de l’Etat congolais , se serait même un déni de soi et une injure à la mémoire des patriotes Congolais et Africains,  en procédant de la sorte alors que les archives du combat sont inondées de preuves pour valoriser notre engagement dans ce noble et digne combat.

YA LUBU NINI NWETA NWETA LE NZOÏSTE RECADREUR.

Partager :

POLITIQUE : LE DEBAT INUTILE DES CONGOLAIS DE LA DIASPORA.

A plus de Vingt années du soi-disant combat contre la démocratie armée de SASSOU-NGUESSO, les acteurs de la sphère politique de la diaspora  paraissent être des  fieffés manipulateurs, pour la simple raison qu’ils sont  incapables  de  se rassembler, se remettre en cause, bien au contraire ils persistent dans la vision étriquée du combat au  lance pierre qu’ils mènent depuis fort longtemps  à 6000 KM,  comme le chien qui aboi , quand il voit passer la caravane   , combat dont le maître mot est le tribalisme , le clanisme tant reproché à SASSOU-NGUESSO. Tribalisme qui s’exprime par le fait que chacun se recroqueville auprès des siens. On se bat pour que  sa tribu prenne le pouvoir et non pour l’intérêt général.

Le constat est plus qu’amer actuellement avec la prolifération inopinée des pseudos leaders comme des champignons  sur les réseaux sociaux qui n’apportent aucune réflexion. Ce  phénomène n’est pas à prendre avec légèreté Yati Ntsi Y FUIRI NKICHI, ces profito-situationnistes  sont tous là  pour se faire  valoir et dans le pire des cas, jouer le rôle d’attrape mouche.

En réalité ce sont des proies faciles que les services secrets utilisent pour faire passer la fausse information et endormir le plus  grand nombre de congolais. Ce ne sont que des manipulateurs manipulés.

Ils sortent pour beaucoup du lot de ceux qui hier ont porté le flambeau du combat dans cette diaspora au nom de leurs diplômes (NDOKOTORATS), qui ont lamentablement failli parce que leurs réelles ambitions  n’ étaient autre que   de faire simplement  des appels de pied à Denis SASSOU-NGUESSO, pour faire carrière, à l’instar de Pierre MABIALA ,ex l’upadesien , Thierry MOUNGALA  ex milosien pour ne citer que ceux-là…

Sinon , comment comprendre que  ces tout sachant qu’on  assimilerait facilement  à des pieds nickelés aujourd’hui soient dans l’incapacité de repenser la maniéré de mener le combat dans la diaspora.

Je vous emmerde avec vos stratégies à deux balles qui font maintenant des prisonniers arbitraires au Congo bande de pleurnichards.

YA LUBU NINI NWETA NWETA NZOÏSTE ECLAIREUR.

Partager :

QUAND DIEU DECIDE DE METTRE FIN AUX ENTOURLOUPETTES ET L’HYPOCRISIE POLITIQUE DES CONGOLAIS (INTERIEUR COMME EXTERIEUR).


 

Les congolais se sont toujours fait passer comme des  véritables tout  sachant ,  l’élection présidentielle de mars 2021 à diviser et subdiviser les congolais de fond en comble de  l’intérieur à l’extérieur du pays   sur fond de tribalisme.

Oubliant que seul Dieu à la vraie solution entre l’optimisme, le pessimisme et la détermination des uns et des autres.

On peut relever sans ambages que le peuple congolais est un peuple irresponsable  et  sorciers ,  qui se cache derriere les actes ignominieux  de leur President  irresponsable  et Sorcier  SASSOU-NGUESSO.

Sinon comment comprendre le mutisme de ce peuple sans exception aucune,  sur l’activation de l’article 70 , qui est l’unique et seule arme pour mettre les compteurs à zéro et espérer des lendemains meilleurs  .

En vérité, en vérité  il est temps de le dire et sans anicroche  ,aucun congolais ne combat SASSOU-NGUESSO , bien pire le système maffieux qui règne au Congo ,  depuis belle lurette puisque tout le monde y trouve son compte,  Sassou-NGUESSO ,est combattu par pire jalousie, aigreur ,  pour avoir privilégier son clan et surtout par esprit revanchard  , il n’ya qu’a scruter les déclarations des uns et des autres sur les réseaux sociaux pour conclure que le Congo n’est qu’un pays de diables , des profito- satanistes, où les esprits saints et libres  ne peuvent point  s’exprimer de l’intérieur à l’extérieur.

Du président de la république, de  la mouvance présidentielle  à     la  pseudo   opposition ,  des boycotteurs aux participants aux élections présidentielles  ,  tout le monde a été pris de court , le plus grand mathématicien de la planète a tétanisé  sans pitié , ceux qui croient avoir la science infuse en imposant  un dilemme   inattendue   par  la disparition  inopinée du leader PAKO   . Survenue entre le premier tour commencé le 1er jour de la campagne qui se terminera le jour de la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle, les voies de Dieu étant impénétrables tout le monde verse des larmes de crocodiles ,  le boycott et  la tricherie sont  mises dos à dos,  aucune attitude n’a pris le dessus sur  l’autre, le peuple congolais est toujours face à son à son destin au risque de la disparition totale du Congo dans le concert des nations..

Les tricheurs sont dans l’obligation de lire et dire le droit qu’ils ont eux-mêmes écrit et imposé au peuple au prix du sang ,depuis le 6 Novembre 2015.

Nous rappelons , que le 1er tour  commence le 1er jour de la campagne et se termine le jour de la proclamation  des résultats définitifs par la cour constitutionnelle.

Nous sommes alors pleinement dans le processus du 1er tour   , d’où la nécessité   de réclamer  l’activation de l’article 70 ,  par tous les citoyens congolais  épris de justice , d’égalité et de paix ,  et si cela n’est pas fait nous pourrions conclure que le congolais est une créature  obscure  de DIEU originaire des entrailles du diable en Afrique noire.

 

 Article 70.

Si avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve définitivement empêché, la Cour constitutionnelle prononce le report de l’élection.

En cas de décès ou d’empêchement définitif de l’un des candidats restés en lice pour le second tour, la Cour constitutionnelle déclare qu’il soit procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales.

Dans les cas visés  aux             alinéas       1er et 2 ci-dessus, la Cour constitutionnelle, saisie soit par le Président de la République, soit par le Président de l’une ou de l’autre chambre du Parlement, soit par tout intéressé, peut proroger les délais prévus à l’article 67.

Le scrutin doit avoir lieu dans les quatre-vingt-dix (90) jours à compter de la date de la décision de la Cour constitutionnelle. Si l’application des dispositions du présent alinéa a eu pour effet de reporter l’élection présidentielle au – delà de la date d’expiration du mandat du Président de la République en exercice, celui-ci demeure en fonction jusqu’à la prestation de serment de son successeur élu.

En cas de désistement de l’un des deux candidats qualifiés pour le second tour, l’élection se poursuit avec le candidat resté en lice.

Battez-vous pour vos  enfants , vos familles je ne me serais pas battu en vain dixit Parfait KOLELAS mort pour la défense de la démocratie.

YA LUBU NINI NWETA NWETA NZOÏSTE.

Partager :

: Mort de Guy Brice Parfait Kolélas : Et un de plus dans le Pool !

 

Le Pool pleure comme à l’accoutumée, hélas ! le pool est las de tout, comme depuis belle lurette.
Le Pool pleure ses rivières de sang, le rouge est dans ses yeux, le peuple est mécontent, il est pris en grippe, il est asphyxié, il souffre le martyre de ses bourreaux, et il souffre à en mourir.

Vallée de l’angoisse, peur sur ce département cible d’un pouvoir sanguinaire, espoirs confisqués par les maîtres du crime, libertés fondamentales brocardées, bref, le peuple Kongo n’en peut plus.

Oui, le Pool, ce nom qui fait référence au Pool Malebo, le lac formé sur le cours inférieur du fleuve Congo, au niveau de la capitale Brazzaville, va une fois de plus mettre en terre un de ses rejetons.
Chronique d’une mort annoncée, menaces d’un vice-premier ministre dans un discours sans détours, empoisonnement imparable, hypothèse Covid-19 rejeté, alliances et liaisons dangereuses avec le diable mué en père adoptif, coup fatal de celui qui incarne l’ange de la mort au Congo.

Jalousie, haine, hostilité, et miséricorde à ces félins qui laissent veuves et orphelins, dans un univers impitoyable ou le patron n’est autre que le Moukouyou.
Même si le Pool a mal a son âme, ils disent « tant pis pour eux », et même si son pouls bat très vite, il peut mourir dans l’indifférence générale, comme s’il était condamné à être souffreteux.

La sève du mal coule au Congo, le règne du mal est palpable, le crime est un rituel banal, la mort fait partie de la bienséance, le pouvoir se confisque et ne se partage pas avec les non-initiés, un peuple légitime domine sur un peuple illégitime.
Le Pool est décimé et devient une jungle en slalom entre flingues et viols, du drame et du feu ça crame de partout, ça rame entre le crime et les pleurs, les fleurs du Pool fanent, mais la foi prime.

Dans une oligarchie des fusils où le parti aux armes ne condamne plus les armes, les chants d’allégresse ne résonnent plus, les forces du mal et les forces ténébreuses de la corruption sont incontournables, vive la pourriture, morte la bête, adieu Pako.

YA LUBU NINI NWETA NWETA NZOÏSTE WA ZOLO CONGO ZOLO BU MPUTU.

Partager :

QUAND LE RIDICULE NE TUE PAS,TSATY MABIALA SE REDEPLOIE MALGRE TOUT…

 

Même pas honte TSATY MABIALA , l’homme  qui est passé de l’abstention au vote   blanc dans le but d’augmenter le taux de participation  afin de crédibiliser ses élections  n’a pas attendu la fin du deuil pour reprendre ses services machiavéliques .

IL  été reçu aux sièges de l’UDH-YUKI ,par les futurs apparatchiks de la marche vers le progrès, il serait venu convaincre ses nouveaux partenaires pour renouveler le deal de la continuité de la destruction du Congo sous la supervision de SAFOUS ZA BOLA, l’on peut déjà se faire une petite idée de la lourdeur par l’UDH-YUKI , dans  la demande de l’activation de l’article 70,

Dans tous les cas le salaire du péché c’est  la mort, personne n’y échappera.

YA LUBU  NINI NWETA NWETA NGE WA MPACHI WENA  MWANA NZO

 

 

Partager :

MORT DE PARFAIT KOLÉLAS OU LE CRIME PARFAIT !

 

Le scénario tant redouté s’est malheureusement produit, Parfait Kolélas a tiré sa révérence dans des conditions sommes toutes mystérieuses, oui, le crime passionnel a été perpétré par les adeptes de la monstruosité.

La foudre est tombée sur le Congo, la consternation est à son comble, celui qui pouvait incarner l’alternative au pouvoir de Brazzaville a été sacrifié sur l’autel de l’intolérance.

Le discours terrifiant et patibulaire du thuriféraire vice-premier ministre du Congo, le griot Firmin Ayessa, pour ne pas le nommer, à l’encontre du désormais disparu, y est assurément pour quelque chose.

Comment donc expliquer les propos incantatoires effrayants et comminatoires de ce soi-disant homme d’État, qui sans travestir sa pensée et ses desseins macabres, ne s’est pas donné la moindre peine pour prédire la mort de Parfait Kolélas une semaine avant le coup fatal ?

La Covid-19, maladie presque inexistante au Congo, attribuée à cette mort honteuse, n’est donc qu’un subterfuge risible pour mettre un voile sur ce meurtre, dont les mobiles avancés par ses instigateurs, sont : la trahison d’un fils totémique insoumis et son ingratitude impardonnable envers un père phallique qui s’est senti cocufié, dans une filiation dont la consanguinité reste des plus fallacieuses.

Ceci dit, la thèse de l’empoisonnement de Guy Brice Parfait Kolélas, ne fait plus l’ombre d’un doute, elle ne souffre d’aucune contestation, elle est sans doute la chronique d’une mort annoncée par le pouvoir cynique de Brazzaville, qui une fois de plus vient d’adresser un message fort à tous congolais épris de liberté, de justice et de changement, par un plaidoyer en faveur d’un système politique conçu pour s’abreuver de sang.

A en croire les actes de barbarie coordonnés au cours de ces dernières décennies, le Congo est donc une dictature avérée, incarnée par son dépositaire, en la personne de Denis Sassou-Nguesso, et montée en épingle par des courtisans zélés qui gravitent autour de ce régime sanguinaire, bâti sur le crime, le sacrifice humain, le satanisme et la tyrannie de la pire espèce.

Une fois de plus, l’injustice a encore triomphé sur la justice, l’intolérance a pris le pas sur les libertés les plus fondamentales, le mal a été monté au pinacle, le rituel sacrificiel du mois de mars a été accompli inéluctablement, et Parfait Kolélas en a fait les frais.

En effet, pour la petite histoire tumultueuse du Congo, rappelons néanmoins que le président Marien Ngouabi et le Cardinal Émile Biayenda, sont morts assassinés, les 18 et 22 Mars 1977, par ce même régime inaltérable.

Les années passent, les scénarios macabres se répètent, la mort plane sur le ciel Congolais, l’intolérance reste le leitmotiv des apparatchiks de ce pouvoir criminel, la chasse à l’homme est plus que d’actualité, le Congo demeure une citadelle imprenable, et une prison à ciel ouvert pour une bonne partie de sa population.

Une fois qu’on a dit ça, quid de l’interprétation de l’article 70 de la constitution ?

En effet, celui-ci dispose que : « si avant le premier tour, l’un des candidats décède, ou se trouve définitivement empêché, la cour constitutionnelle a le droit de reporter le scrutin ».

Va-t-on une fois de plus assister à une mascarade électorale ?

la cour constitutionnelle tant décriée pour sa partialité, et ses accointances avec le régime de Brazzaville, va-t-elle lire et interpréter le droit dans un souci de transparence, d’équité et d’apaisement social ?

Et que va-t-il advenir si d’aventure le droit est à nouveau galvaudé et dévoyé, par des constitutionnalistes, qui ont appris le code de la corruption à la place du code civil ?

D’ailleurs, certaines indiscrétions rapportent que Parfait Kolélas , YE  serait mort à Brazzaville, un jour avant le début des élections présidentielles, et non le 22 mars comme indiqué par certains médias, le but étant de contourner l’article 70 de la constitution, en mettant en avant le fait que les bulletins avaient d’ores et déjà été mis dans les urnes.

Les élections présidentielles de 2021, ont une fois de plus viré au cauchemar, le scrutin au suffrage universel tant vanté par la classe politique congolaise, n’était finalement qu’un miroir aux alouettes pour la majorité des congolais désireux de voir une nouvelle page de leur histoire tournée.

Les prochains jours s’annoncent sombres et mouvementés, dans un pays déjà miné par les guerres civiles, les crises économiques, et qui du reste n’avait pas besoin de replonger dans l’incertitude absolue.

Hasta la victoria siempre

YA LUBU NINI NWETA NWETA NZOÏSTE YENA MESO.

Partager :

ABEL JOËL OWASSA YAUCKA DEPUTE D’OWANDO COMMUNE.

l’Honorable Abel Joël OWASSA YAUCKA, Député de  la circonscription d’Owando 2 (département de la Cuvette), est 2ème Vice-Président de la Commission Economie et Finances de l’Assemblée Nationale depuis le 2 septembre 2017. Il est membre du Parti Congolais du Travail (PCT)

Cet homme qui a demandé aux populations d’OWANDO pendant les élections présidentielles de mars  2021 , de ne pas voter un Bakongo( PAKO) fait partie de   la délégation qui sera à Paris pour l’inhumation du Président PAKO, ainsi que le député KIGNOUMBI KIA MBOUNGOU , Daddis BADIABIO DE L’UDH-YUKI.

Le crapaud depuis le fond du trou.

YA LUBU NINI NWETA NWETA ,NZOÏTE BIKA NWETA.

Partager :

LE POOL ET SES POLITICARDS DE LA DIASPORA.

 

Comment se fait il qu’un  grand leader s’éteint mystérieusement

sur le territoire français , son parti  politique est aux abonnés absents, les soit disant  leaders de la diaspora se font voler la vedette    , et se sont les voyous de la place de  Paris ,qui organisent une manifestation en sa mémoire

Quelle humiliation pour UDH- YUKI , et les personnalités politiques du pool !

PAKO DOIT SE RETOURNER DANS L’AU-DELA !

YA LUBU NINI NWETA NWETA, NZOÏSTE Y NWETELE A KUTU.

 

Partager :