« Le pasteur Ntumi ne se soucie pas de la population qui a souffert pendant longtemps et qui a perdu ses biens, à cause de lui »

 

 

Le pasteur Ntumi ne fait pas l’unanimité dans le Pool
L’ex-chef rebelle Ntumi fait un pas vers le désarmement dans la région du Pool, au Congo, mais il se met à dos les ONG locales qui l’accusent de ne penser qu’à lui. Les autorités veulent récupérer 3.000 armes.

Écouter l’audio
01:52            180103_003

« Le pasteur Ntumi ne se soucie pas de la population qui a souffert pendant longtemps et qui a perdu ses biens, à cause de lui » (Loamba Moke)
Au Congo-Brazzaville, la société civile dénonce les conditions posées par le pasteur Ntumi pour accepter le ramassage d’armes dans la région du Pool. Les ONG estiment que l’ex-chef rebelle, qui réclame des conditions de vie décentes, ne pense qu’à son intérêt personnel, et non à ceux population.
Le pasteur Ntumi est d’accord pour accompagner l’opération de ramassage d’armes dans le Pool. Il souhaite cependant que sa propre situation, aujourd’hui de maquisard, soit améliorée. L’ex-chef rebelle dit dormir en forêt, il n’a ni maison ni de quoi vivre aisément.

« Je suis un homme, j’ai des enfants. Bientôt, il va pleuvoir, comment je vais faire ?

Repartir dans la forêt, trouver des feuilles et faire encore des huttes ? On peut remettre une arme, mais la situation qui a provoqué qu’un tel prenne une arme, si on ne l’a pas réglée, c’est comme si on s’était battu comme des animaux. Et quand je vous le dis, vous dites que je pose des conditions », affirme le pasteur Ntumi.
Pour la cellule de ramassage des armes auprès de la commission mixte de paix, cela ne devrait pas poser de problèmes, car ce ne sont que des conditions humaines. Ce ne sont pas des conditions politiques qui puissent bloquer le processus de paix dans le Pool. Pour ne pas ne pas perdre le temps, le gouvernement peut lever ces obstacles, estime la commission.

Mais la société civile affirme que les revendications du pasteur Ntumi sont égoïstes, car elles ne sont tournées que vers sa propre personne. Loamba Moke, président de l’Association pour les droits et l’univers carcéral, une ONG locale :
« Le pasteur Ntumi ne craint rien, il veut revendiquer ses propres droits, même ceux de ces militants, il ne les revendique pas. Il veut qu’on lui construise des maisons, mais il ne se soucie pas de la population qui a souffert pendant longtemps et qui a perdu ses biens, à cause de lui », déplore Loamba Moke.
Les délégués de Ntumi qui avaient suspendu leur participation à la commission mixte sont revenus dans la capitale et pourraient reprendre leurs places. Les rebelles ont pris les armes après la réélection contestée en mars 2016 du président Denis Sassou Nguesso, 74 ans dont 34 au pouvoir au total.

 

 

Partager :

MADAME LA MINISTRE FACE AUX POLTRONS DE LA DIASPORA.

 

MADAME LA MINISTRE FACE AUX POLTRONS DE LA DIASPORA
Depuis  la publication  de  son  livre intitulé  » BETO NA BETO  » après son passage au Ministère de la Culture , jusqu’ à sa contribution récente à la table ronde sur les institutions à Paris , son franc parlé demeure constant et déterminé .

D’entrée de jeu nous invitons nos lecteurs à suivre cette intervention , que nous qualifions de très objective pour comprendre  la suite de notre propos. .

Dans  cet exercice dont elle a le secret ,Madame la Ministre à su  percer le plafond de verre de ces projets sans ancrage locale  ,  chimériques , concoctés par les bâtisseurs infatigables des châteaux en Espagne de la diaspora des  bords  de la seine , tout en revêtant leur cape de champion du boycott tous azimuts, et  des critiques sans propositions pertinentes , ni mesures d’accompagnement .

L’analyse approfondie de son intervention nous emmène à dire qu’un intellectuel ça n’est pas un vrai révolutionnaire ,mais  on peut en faire facilement un criminel . Ceci pourrait paraitre exagéré de  prime  abord  ou au premier coup de lecture,  mais avec un certain recul on finirait par comprendre  que par les actions que  préconisent  ces politiciens en herbe , notamment , le recours à l’artillerie lourde  pour résoudre les conflits politiques , les assimileraient à un détonateur d’explosifs , puisque dans la situation actuelle du Congo , la moindre étincelle déclencherait  une avalanche de feu , dont les conséquences ne saurait être estimées .

Le meilleur travail n’est pas celui qui te coutera le plus cher ,mais c’est celui que tu réussiras  le mieux .

Autrement ,dans la vie le plus important , ce n’est pas ce que tu gagnes qui prime ,  mais en revanche c’est ta capacité à joindre les deux bouts qui ferait de toi un homme heureux .

La pureté est une idée de fakir et de moine,  ce qui reviendrait à dire que,  qu’on doit se contenter de ce qu’on a , tant qu’on peut vivre heureux ,  plutôt que de se comparer aux autres sans savoir ce qu’ils endurent réellement .

Face a une situation réelle  à la dimension de la crise multiforme que connait le Congo,  il serait judicieux et impérieux de privilégier la protection des vies humaines,  en acceptant de prendre de la hauteur , en discutant  avec ceux qui sont à l’origine de la catastrophe , parce qu’ à l’intérieur de ceci il ya des éléments de solution .

Souffrons d’imaginer , que la solution de redynamisation de la gestion des affaires publiques nécessiterait la contribution du principal responsable  actuel, car on ne peut pas nier,  au-delà de toutes considérations ,qu’ il y a aussi des partisans,  qui même-ci ils ne seraient pas majoritaires, ont besoin de ne pas se sentir visés  principalement, par les mesures de rétorsions  que nous impose la situation de déliquescence dans laquelle  se trouve le Congo .

La construction d’une nation à toujours nécessité des postures sacrificielles qui dépassent l’entendement des nains spirituels

Voila pourquoi dans le cas actuel du Congo l’échauffement des cœurs doit laisser la place à la froideur des esprits

L’éclairage de la Ministre Aimée MAMBOU-GNALI  de par sa contribution à ce debat devrait permettre à certains d’entre- nous de revenir à plus de réalisme et ne pas regarder leur nombril.

Armand Mandziono , Nzoïste.

 

Partager :

QUELLLE OPPOSITION POUR LE CONGO ? CONSTITUTIONNELLE OU ANTI – CONSTITUTIONNELLE.


Hier comme aujourd’hui, le positionnement des acteurs politiques congolais surfe sur un flou artistique.
Au Congo , en politique pour mieux enfumer la vox-populi , jouer pleinement , aisément son rôle et sa partition avec fidélité , dans la tragi-comédie de la chefferie Oyocratique , Animé d’un rythme traditionnel saccadé , qui permet d’exhiber une chorégraphie aux contorsions de la danse ékonga , Il faut faire faire preuve de soumission ou d’allégeance au prince.

Le metteur en scène sassou nguesso des scenarios politiques au Congo, trouve toujours , le bon paradigme, pour bien vendre ses illusions à ses marionnette politiques comme (TSATY MABIALA, CLEMENT MIERASSA , PARFAIT KOLELAS, MUNARI CLAUDINE, PAULIN MAKAYA , MATHIAS NDZON,ZACHARIE BOWAO, OKOMBI SALISSA, Général WA PETA Jean Marie MICHEL MOKOKO , KIGNOUMBI KIA MBOUKOU, JEAN MARIE PAUL MPOUELE, ANGIOUS EKAMBE MON PROFESSEUR MBAYA BONAVENTURE )), et le reste des matelots de « la croisière s’amuse « , cette ambiance ressemble à un exercice d’équilibrisme qui exige , beaucoup d’habileté et de tact .

Cette situation mettrai, même en difficulté un grand polytechnicien , qui n’aurait pas pu anticiper sur l’élaboration d’un manuel descriptif des réflexes de manipulation , de l’opposition créer au Congo , pour satisfaire le caprice du ROI soleil.
Généralement, une opposition est faite pour s’opposer et servir d’ alternative dans une démocratie, mais diantre que font -ils au Congo ? on assiste à une transmission générationnelle de posture politique , d’autant plus qu’aux opposants d’hier et d’aujourd’hui succèderont leur progénitures et vis versa.
A titre d’illustration après BERNARD KOLELA, PASCAL LISSOUBA , YOMBI OPANGAULT, JEAN PIERRE THYSTHERE TCHICHAYA , succèdent aujourd hui , par ordre patronymique PARFAIT,J EREMIE ,JEAN JACQUES ET JEAN MARC , qui eux dans cette logique de filsocratie serviraient de marche pied à DENIS CHRISTEL SASSOU .

Comme dans le principe de Lavoisier qui dit « rien ne se perd rien se crée , » on assiste impuissamment à l’installation d’une hiérarchisation des rôles , qui consistent à ne pas prendre le risque de faire rentrer, dans les arènes l’élément perturbateur , comme un grain de sable , qui enrayerait la bonne marche du système.
Sans complaisance aucune et en toute honnêteté .
On assiste à la mise en place d’un matraquage de la conscience collective , pour l’acceptation sans rechigner et de façon naturelle d’un système de servitude .

Pour preuve l’éducation, la santé et les autres services publics, hier accessibles sans limites à toutes les couches de la population, font l’objet aujourd’hui d’accès discriminatoire, par ceux là même qui aujourd’hui en on pleinement et abusivement bénéficiés , sans quoi ils auraient demeurés des vulgaires broussards dans leur village et campement, qu’ils sont incapables de mettre en valeur comme les yaka noki noki des années 70 , aujourd’hui au commande de l’état .

Chers compatriotes , congolais des quatre coins du pays , il serait aujourd’hui illusoire de s’imaginer un destin autre , que celui que nous vivons , car presque soixante années après l’accession à la souveraineté ,et une rotation géopolitique du pouvoir, de ne pas prendre la mesure de notre responsabilité de citoyen et de censeurs politiques , au risque d’assister à la disparition de notre pays , car cette élite politique , qui s’accapare de tout nos droits et nous soumet qu’a des devoirs et obligations a montré son incapacité à construire un état moderne et son irresponsabilité à intégrer des valeurs cardinales de l’épanouissement sociale, comme des vrai des humanistes tels qu’ils se déclarent.

La chute du tyran qui marquera la fin de ce cycle sombre et immémoriale doit être l’occasion pour chacun de nous , pour faire son introspection à fin de se déterminer le moment venu, sur des bases d’équité de justice, d’humanité et de cordialité.
ARMAND MANDZIONO , LE NZOÏSTE

 

Partager :

QUAND LE GENERAL TSIBA Florent ASSASSINE LE PRESIDENT Alphonse MASSAMBA – DEBAT POUR LA DEUXIEME FOIS.

« Il n’y a qu’au Congo où par manque de chien ,le chasseur met  des grelots au chat pour le remplacer »
Monsieur TSIBA  mon Général , ! votre mensonge donne des fleurs mais pas de fruits. Comme par hasard et par coup de chance, c’est vous de qui le peuple attend les éléments d’éclaircissement sur les assassinats perpétrés depuis le 18 mars 1977, simplement parce que vous étiez le directeur de Cabinet du puissant ministre de la défense et de la sécurité , à savoir,  Denis SASSOU – NGUESSO , pour ne pas le citer , qui détenez la lettre du président MASSAMBA-DEBAT assassiné devant  yeux,  adressée au Président Marien NGOUABI.

Qui peut oublier que le brillant orateur, amuseur et diplômé de la distraction des masses né TSIBA Florent ,nous donne ici ses beaux récits d’évasion, de la culpabilité de leur extrême barbarie sur la personne u Président MASSAMBA-DEBAT en nous présentant une lettre écrite en TEKE de Lékana avec une date imaginaire. Nous attendons la suite que le président Marien NGOUABI avait donnée à cette lettre.

De toutes les façons, vous êtes dans une prison de conscience dont  vous n’allez jamais vous échapper.
Monsieur le revenu Directeur de Cabinet de monsieur SASSOU NGUESSO, périodiquement dans le flot incessant des informations qui nous parviennent, vous avez réellement à nous dire ; c’est vrai, en l’espace de plusieurs années avec la disparition de vos complices vous avez creusé un impressionnant tunnel pour vous évader.

Non monsieur, arrêtez de cracher sur la dignité d’un fils du Congo qui est resté très grand même après sa disparition. De la terreur rouge de 1977 vous donnez après 42 ans la place à la terreur blanche, vous vous attribuez tous les qualificatifs louangeurs , vous pouvez arriver à Boko , les populations seront soumises à vous applaudir,  mais ayez toujours à l’esprit que personne ne vous aime , du fait que vous soyez celui que vous êtes, qui avait fait ce que vous aviez fait.

L’on se souvient encore, vous au CMP,  alors nommé commissaire ou je ne sais quel machin de poste crée pour diriger la région de la Bouenza, vous étiez venu à Madingou et  comme moyen de déplacement   ,  vous aviez  trouvez  utile de vous accaparez la voiture  de Monsieur Tanpis , qui ne devait rien dire à cela,  en plus de se  retrouver  entre les mains  de  la police, comme  pour prouver votre autorité  sans oublier  les intimidations y relatives . Au regard de ceci de vous rien ne nous étonne : « quand on suit quelqu’un de bon, on apprend à devenir bon ;quand on suit un tigre, on apprend à mordre ».

On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant . Voyez-vous monsieur , ce spectacle qui n’est autre qu’une provocation est une  moquerie trop  pour tout un peuple en général , qui de génération à génération reconnait la grandeur du Président Massamba-Débat . Vous souffrez de la maladie du culte de votre Dieu Sassou , qui finalement vous met dans une bulle d’infantilisation.

Vous êtes au royaume de ceux qui ont le talent du mensonge facile, mais le peuple congolais prend acte et sait qu’à chaque régime son apocalypse.
Vous financez vos complices , qui créent des églises pour faire comme si le Congo aspirait à l’Angélisme,  alors qu’il est devenu plus satanique qu’il l’a été.

A ce jour , les choses s’agitent autour de vous, elles échappent à votre contrôle et ne dépendent plus de vous ; alors la peur commence à vous envahir.

Vous avez des comptes à rendre même à votre Lékana natal ; vous n’êtes pas grand en ce moment et même après votre disparition,  votre  nom n’en sera jamais.

Rappelez -vous  votre parcours avec ce monsieur, votre mentor , celui-là même qui vous a intégré dans l’armée , en vous envoyant à Cuba en 1971 , pour service rendu , en tant que étudiant infiltré et agitateur des masses , en contribuant à apporter de l’eau au moulin de la révolution , lorsque vous participiez à la grève générale des étudiants et scolaires , qui ébranlèrent Brazzaville et Pointe-Noire.

Mouvement à l’issu duquel beaucoup , d’entre -vous furent repérés et exfiltrés pour servir de pépinière au commandant Denis-SASSOU NGUESSO  d’alors, en sa qualité de Commissaire politique Générale  à  l’armée, afin de servir de rampe de lancement pour sa prise de pouvoir qui débutera en 1977 pour se terminer en 1979.

Malgré votre soutien aveugle à son égard, et votre contribution à sa fortification mystique et physique comme féticheur et Karatéka, vous n’avez pas été épargné vous aussi par le sort  réservé à beaucoup d’autres compagnons de route, lorsque vous fûtes piégé par les agents des services secrets, qui vous découvrit nu  comme un vers terre allongé à même le sol, encerclé de bougies dans un rituel , dont seul vous même connaissiez le  secret . Ceci se terminera d’ailleurs par votre mis à l »écart entre 1986 à 1989, trois années durant lesquelles vous aviez appris et intégré , que monsieur SASSOU restera à jamais votre maître et vous son esclave.

Merci d’avoir mis votre cœur et votre corps dans le choix de la barbarie contre une partie du peuple.

Dites monsieur Florent Tsiba, quand vous avez été nommé directeur de cabinet du président Commandant  Sassou Dénis en 1975 , auriez-vous imaginé revenir 42  ans après au même poste en 2017 ?

Voyez-vous une boucle doit être bouclée en avez vous conscience ?

Vous savez mon général, « les assassins reviennent toujours sur l’endroit de leurs crimes ».
1979- 2019, réfléchissez-y !

CAÏDE DE MPAKASSA,SILURE DE MER, NZOÏSTES

Partager :

SASSOU NGUESSO UN INDEBOULONABLE AUX PIEDS D’ARGILE.

Une vidéo à regarder, à partager, très important pour l'histoire du Congo Brazzaville

Posted by Filature Lafila Bounas on Friday, June 28, 2019

Les questions suivantes doivent être au centre des majeures réflexions stratégiques, de tous congolais convaincus que le Congo ne peut pas prendre son envol , tant que sassou nguesso restera le maître incontesté de notre pays.

Tant qu’ils accepterons, que l’histoire des lions dans la forêt soit écrite par les chasseurs, que l’antilope sautera  et son petit passera   Down there,   que les chiens ne font pas des chats en clair, tant que  le frére du nord restera aux aguets , les oreilles dressées pour sauvegarder l’avenir des MBOCHIS devenu préoccupante chez eux, que celle des milliers d’âmes de congolais.

Tant que le congolais ne se posera pas les bonnes questions,  celles de savoir : c’est quoi réellement cette unité nationale si cher à l’homme du nord , pourqoui cette fameuse unité nationale n’a jamais pris corps depuis 1959 ?car ils ne faut jamais mettre sous le coude , les facteurs endogènes et exogènes de ce combat , pour s’intéresser uniquement sur des facteurs extérieurs.

Agir ainsi ,à  propos de la situation du Congo, c est opter pour des solutions placebos, pour soigner le mal qui ne cesse de ronger le malade Congo et le protéger ,contre les  maladies opportunistes ,orphelines chroniques , quand bien même le diagnostic est avéré .

Ce manque d’objectivité laisse pantois toute  la communauté internationale ,qui n’ignorent plus la situation du Congo Brazzaville , mais là où le bât blesse , c’est quand ceux , qui jouissent de la liberté d’expression c’est-à-dire la diaspora en occurrence celle de France forme des groupuscules , pour exacerber la fausse information , sur le mal qui sévit au Congo, auprès des grandes institutions , ONG internationales, en cherchant à sauver consciemment et inconsciemment tout simplement le nordisme ,  d’où la désunion et l’éclatement de la diaspora qui semble être irréversible  ,  et qui  in fine dessert  ce combat .

Le cas de monsieur Libonga – ngoka originaire du nord très proche  de notre Général WA PETA , reste et restera un exemple concret.

Le congolais n’arrive pas à marcher droit sur terre mais rêve d’aller,  courir sur la lune , le Congo est un grand corps malade, qui nécessite l’organisation d’une commission vérité et réconciliation, la dissolution  du PCT, cette  machine à crime de toutes formes ( politique, économique ,socio- culturelle) , ce robot conçu   pour  détruire le peuple , vendre l’illusion, approuvée par ses militants sans discernement aucune, cela est de notoriété publique .

Le SASSOUÏSME n’est pas systématique, mais systémique, sinon comment comprendre, cette longue attente d’un changement qui pointe à l’horizon , depuis dés années , quand on sait que tous les éléments sont bien réunis pour que la cocote minute éclate, dégager le diable de SASSOU NGUESSO qui s’entête à mener  des politiques destructrices et dire , qu’il est congolais sans vouloir, que le congolais s’en sorte du chaos dans,  lequel il le maintien, relève du machiavélisme pure.

C’est pour cela,  que les congolais doivent œuvrer à l’organisation de la concertation inclusive,
Œuvrer à une véritable réconciliation et mettre     fin aux pratiques ethnocentriques, régionalistes et tribalistes en favorisant l’émergence d’une conscience citoyenne.

Mettre en place les conditions d’une alternance politique par consensus démocratique et consensuel comme en 1992 au lieu de se précipiter aveuglement aux élections de 2021, qui à coup sûr accoucheront d’une souris , pour repartir à zéro.

Promouvoir la paix et le développement durable.
Les partis politiques, les associations, les groupes de réflexions, les confessions religieuses, les syndicats doivent établir des synergies pour remettre le Congo dans le concert de nation.

L’ aggravation de la crise économique sème la désolation et ruine les espoirs sur l’avenir de tout un pays et de tout un peuple après une analyse approfondie des causes et conséquences de ladite crise sur les plans politique, économique, social, culturel et environnemental.

Soyons déterminés à sortir , le Congo –Brazzaville de cette crise qui n’a que trop duré, afin de ne pas se rendre coupable devant l’histoire, si nous sommes sérieux.

ARMAND MANDZIONO , LE NZOÎSTE

 

Partager :

LA FAUSSE JOIE DE LA RUE BITALA DES VOYEURISTES POLITIQUES


Quand la ruse et la force se côtoient quotidiennement dans la rue BITALA, le modèle de gouvernance de la chefferie Mbochi,  qui utilisent les moyens de l’état pour contraindre le reste des groupes ethniques à la soumission et assouvir leur instinct criminel,  pour assoir leur domination , en faire un maximum d’apatrides, de citoyens dépaysés sur leur propre sol , en lieu et place d’ assurer la mission régalienne de sécurisation et protection de ces populations congolaise déjà démuni .sans exception aucune, d’après la quintessence textuelle du véritable rôle d’un gouvernement respectant, la constitution qui régit le fonctionnement de la république comme tel ;se transforme en une guerre de cent ans

Ce qui amène à s’interroger sur la nature de l’homme d’autant plus que ces contrées regorgent des minorités issues , pour la plupart de la déportation coloniales ,suites aux différentes conquêtes de l’expansionniste empire français qui débuta avec la bataille de Fachoda vers 1880 .

Nul ne peut plus ignorer que le régime en place est un pouvoir pyromane, qui ne permet plus à l’observateur avisé de relativiser ces propos, le PCT est un laboratoire d’escroquerie politique et intellectuelle , de manipulation des masses prolétariennes populaires ,afin d’exacerber le tribalisme pour diviser et mieux régner comme modèle de gouvernance .

Pendant que le cocktail explosif combinant dette, chômage, division et tutelle prend corps dans la société congolaise dans une posture d’intelligence incompatible avec la modernité politique.

Il Ya de quoi à se poser la question suivante , quel est alors  le rapport qui lie l’intelligence à la réussite politique de la chefferie Mbochi ?

Lorsqu’ on est convaincu, que ils ont réussi à tribaliser la société et le débat politique par la ruse , la force ,en assénant des coups mortels à la démocratie, dont le premier fut celui qui allait renverser le gouvernement de transition de feu ANDRE MILONGO , par un coup d’état manqué, le 20 janvier 1992, par celui qui est présenté aujourd’hui comme général du peuple(MOÏSE) , ex chef d’état-major de SASSOU NGUESSO le Général WA PETA  Jean Marie Michel MOKOKO adepte du nordisme ambiant, soutenu par une bande de politichiens et leur moutons ennemis de l’ordre universel républicain.

Les carottes sont bien cuites contrairement à l’euphorie des passants de la rue BITALA suite à la rencontre de SASSOU NGUESSO et le president français EMMANUEL MACRON , kiki nguesso jubile sur la rampe de lancement, direction magistrature suprême.

Pendant que les courtisans et les griots du roi distillent la mauvaise information comme quoi Sassou nguesso a été sommé de quitter le  pouvoir , ce qui relève des véritables élucubrations des personnes en manque d’innovation politique pour sortir le Congo du chaos , ce qui paraîtrait vrai semblable, c’est l’ inquiétude relevé par son interlocuteur français sur la forme physique mentale , psychique et intellectuel, …., Tout ce qui contribue à l’équilibre d’un homme surtout à ce niveau de responsabilité .

D’où il est temps , que ce qui ont déjà vendu et continu à vendre la peau de l’ours, avant de l’avoir abattu , se ressaisissent pour ne pas subir le sort de l’oiseau de minerve ,

Il est dommageable pour des esprits se considérant hautement politique , d’imaginer que la demande de liberation politique soit une occasion de leur ouvrir ,les chemins du pouvoir par la vengeance alors , que le Congo à besoin d’une radioscopie pour démarrer un nouveau cycles sans laquelle aucune perspective de lumière ne peut être possible.

Il est donc clair que ce message ne signifie, tout simplement l’amorçage de la décrispation du climat politique général pour une meilleure passation de témoin dans les temps à venir.

Il faut plutôt comprendre que cette intox conçu dans les laboratoires spécialisés du PCT n’est q’ un moyen de dissiper la pression , qui s exerce sur le pouvoir actuellement du fait de l’impasse dans laquelle se trouve le Congo,  à l’approche de la revue des experts du FMI , avant la fin de cette année et qui sonnera la cloche du début de la fin de la tyrannie.

 

C’est en cela qu’il serait souhaitable, d’observer une extrêmes prudence dans toutes les formes de revendications des libertés publiques, afin de ne pas tendre la perche à ce régime chancelant et en perdition,  de créer les conditions propice à l’installation d’un climat , de troubles à l’image des évènements du 4avril 2016 ayant conduit à la guerre dite du pool, pour procéder à des crimes odieux de toutes sortes avec l’arsenal militaro policier exhiber lors du défilé du 15aout 2019 en guise de célébration de notre soit disant souveraineté nationale .
Peuple congolais restons vigilent , éveiller car de ces attitudes dépend notre libération.

ARMAND MANDZIONO ,LE NZOÏSTE

 

Partager :

CONGO BRAZZAVILLE UN ETAT POLICIER SOUS CONTRÔLE DE LA CHEFFERIE MBOCHI

Affaire Audio Ines INGANI: comment la ministre a manipulé Donald Mobobola (extrait)

Affaire Audio Ines INGANI: comment la ministre a manipulé Donald Mobobola (extrait)

Posted by Zianatv Africa on Thursday, September 12, 2019

En 1 987 , la revue jeune Afrique  révélait sur une colonne de son journal , que l’état congolais était un état policier, avec les prémices d’un clanisme politique ,  que sa dette extérieure par tête d’ habitants s’élevait à quinze millions de FCA ancien,

.
Ce que nous pouvons confirmer aujourd’hui, sans anicroche au regard des vidéos et des audio qui circulent dans les réseaux sociaux , le Congo n’est pas un espace  public de liberté , mais une démocrature  c’est à dire une démocratisation de la dictature.

Au regard de tous ces éléments on se rend bien compte, que on ne pas s’exprimer librement , ni avoir une sécurisation dans les différents échanges , on sent que, toute la société congolaise est sous contrôle dans toutes lés étapes de la vies sociales , les responsables politiques sont dans des intrigues, s’écoutent mutuellement , tous les coups sont permis pour vu que ça soit bénéfique pour son initiateur et pour la pérennisation du pouvoir .

L’affaire du ministre INES INGANI ET MOBOBOLA dénote bien du climat de délation et de suspicion réciproque , qui règne dans ces espaces comme un modus vivendi, de imposer par les reflexes développés par cet  environnement ou le mérite est considéré comme une tare .

Au détriment de l’arsenal juridique de la république pour preuve, lors du procès DABIRA sur le complot du coup d’état manqué , on a assisté pendant la confrontation des généraux DABIRA ET NIANGA MBOUALA à l’impact de ces pratiques d’écoutes systématiques

Il faudrait que le Général OBARA s’explique, un jour sur ces pratiques maffieuses, d’un autre âge afin , que le peuple qui assiste , muselé et traumatisé à ce désolant spectacle, qui hier fonctionnait par les délations , sache à qui profitent ce kung- Fu démocratique, Instauré par DENIS SASSOU NGUESSO meilleur éleve de l’école de renseignement gaulliste.

ARMAND MANDZIONO LE NZOÏSTE.

Partager :

LE NORDEXIT OU LE DEPART NEGOCIE DANS L’OUBANGUI CHARI LE POUVOIR NORDISTEA LA RAMASSE.

« Quand la balle siffle il n’ya pas de (BITCHANGUI) sinon t’es cadavéré dixit l’artiste ZAO »
L’incompréhension dure depuis plus d’un demi siècle émaillé d’ une seule parenthèse de compréhension juste après notre accession à la souveraineté nationale.
Depuis le changement brutal intervenu en 1997, le Congo Brazzaville est devenu un butin de guerre clanique. Sa situation sociale et économique, témoigne clairement de l’acharnement des forces obscures avérées sur son destin.
Le tremplin pour la réalisation des aspirations longtemps étouffées pendant la période coloniale est devenu cauchemardesque, irréalisable face à une stratégie de la conservation de pouvoir par le NORDISME qui plonge le Congo dans un état stationnaire.
Ce constat d’échec cuisant résulte de l’autonomie politique, sociale économique.
Le pays est en proie aux faillites les plus retentissantes, sa politique sociale ne produit que des injustices et une inexorable dégradation du cadre de vie , en dépit des ressources naturelles abondantes, de nombreux cours d’eau, une faible démographie, un débouché maritime en eau profonde, un climat favorable à l’agriculture.

Face à l’urgence de la situation, à l’autisme , au bilan d’ escalade de la violence, par des mécanismes mises en place, incapables de tenir des promesses sociales , pour impulser l’économie, à des gens qui ne comprennent pas ce qu’ils font ,et dont le crédo est devenu l’inégalité, l’exclusion , normes qui sont devenus champion du monde des inégalités scolaires, le système asphyxie l’éducation ,la santé, la justice ,enfin toute les mamelles de la république . il n’est plus que nécessaire que , le devoir de vérité s’impose à nous , pour régler tous les maux qui minent le Congo ,à défaut d’évoqué un NORDEXIT, qui serait salvatrice pour l’épanouissement, le développement en autarcie de ces fossoyeurs de l’unité nationale , après nous avoir ruiné et gager, la richesse tant convoitée dans le monde qui est désormais disponible en quantité sur une portion du Delta , dont nous continuons à payer le lourd tribu et subir les ravages de leurs incuries.

En abordant cette réflexion sur le NORDEXIT , l’objectif est aussi de contribuer à restaurer l’optimisme et l’engagement . Car , le propre des grands peuples est de se redresser après chaque chute.

C’est à cette capacité à redresser, à se reconstruire quand l’horizon semble obscur, que l’on reconnait les grands peuples.

En effet, tant que la providence nous gratifie de la vie, en faisant abstraction des conditions de cette même existence, l’effort minimum, qu’exigent nos souffrances et notre indignation, est de préserver et rester optimiste en se donnant les moyens d’ agir à L’instar du SOUDAN qui à réussi à trouver la solution aux sempiternelles quelles meurtrières. Pour l’or noir , deux états producteurs pétrole qui vivent maintenant en harmonie pour le bonheur de leur peuple, bâtissons nôtre maison commune (NZO)

A BON ENTENDEUR SALUT !
ARMAND MANDZIONO , LE NZOÏSTE.

Partager :