Biens mal acquis

Biens mal acquis
Serait – il faire preuve d’un sentiment de mauvaise foi à, s’intéresser sur la démarche ambigüe des associations transparency international, sherpa au sujet des biens mal acquis des dictateurs du pré-carré Français en Afrique ?
Force est de constater que ces associations ne s’acharnent qu’aux lionceaux ce qui permet aux lions d’avoir la paix dans leurs âmes face à la justice française.
En agissant de la sorte, transparency international, sherpa font preuves de deux poids deux mesures dans ce dossier , qui devrait aussi épingler les banques françaises dans le rôle qu’elles jouent pour le blanchissement d’argent qui facilite l’acquisition de ces fameux biens par nos dictateurs bien aimés .
En effet, jeudi 23 novembre 2017 , s’est tenue à paris à l’assemblée nationale française, une conférence sur les biens mal acquis par, le célébrissime William Bourdon.
L’absence remarqué des associations suivantes : La FCD , la PPCI dont l’antériorité est incontestable et restera incontesté dans l’affaire des biens mal acquis attire l’attention de plus d’un congolais.
Par contre , curieusement le MRLC nouveau venu dans l’arène politique de la diaspora congolaise y a été convié en tant que partie civile selon les propos de son secrétaire général et les indignés 242 qui contribuent à la vulgarisation et matérialisation de ce dossier à caractère typiquement sensationnel n’y ont pas été convié.
L’on se demande si se porter partie civile dans une affaire , se décrète par une simple participation à une conférence tenue par un avocat célèbre ou ,relève de la compétence d’un juge chargé de l’instruction de celle-ci.
Un éclaircissement s’impose de la part du MRLC au risque de faire du Sassou sans Sassou.
L’ambiguïté dans les procès des biens mal acquis est que , une fois le verdict prononcé est en défaveur du dictateur détenteur de ces biens aucune disposition ne permet la restitution des biens aux ayants droits , c’est-à-dire au peuple souverain.
Dans cette imbroglio il est impérieux d’ éclairer la lanterne de la vox populi à propos du spectacle qu’enclenche ,le faux espoir de récupérer ces biens mal acquis. Quand on sait que les biens mal acquis de l’empereur BOKASSA n’ont jamais été restituer au peuple centrafricain .
A qui profite la manœuvre ?
Ta Bibata wa Buaka Meso

 

Partager :

Les flèches empoisonnées de Tsaty Mabiala

Les flèches empoisonnées de Tsaty Mabiala

Même chez l’homme le plus intelligent, il reste toujours une étoffe pour en faire un imbécile (Hubert Védrine).
Depuis fort longtemps , l’opposition congolaise pose mille et une équations à plusieurs inconnus.
Que l’observateur politique n’arrive pas à cerner, encore moins le peuple congolais,
Qui compte beaucoup sur cette opposition.
Le spectacle incestueux continu avec Tsaty Mabiala.
Hier c ,était le cerveau Charles Zacharie Bowawo qui se plaignait de Guy parfait Koléla, aujourd’hui c’ est tsaty Mabiala qui crucifie le même cerveau Zacharie Bowawo jadis plébiscité à cause de ses fonctions d’antan.
D’où vient cette bombe à retardement au moment ou cette opposition frôle son équilibre. Finalement qui sont les vrais opposants ?
Le bon Dieu n’ a dit à personne ce qui va se passer demain.
C’est pour cela qu’on dit souvent nourrit tes amis et tes ennemis après tu verras qui et qui ?
Après ces propos daignerez- vous dire qu’il Ya une opposition au Congo ?
A se tromper des allumettes l’opposition finira par s’enflammer.
Franchement , ça sent les pétards mouillés de sassounguesso le fieffé manipulateur.
Nous sollicitons une vraie réconciliation des acteurs politiques sensés être opposants aux yeux du peuple congolais, traumatisés par diverses maux et la guerre des mots de l’opposition.
Ta Kimbalouka mbalouka

 

Partager :

CONTRE LES DELIRES D’OKO NGAKALA

CONTRE LES DELIRES D’OKO NGAKALA

Il ne suffit pas de dénoncer l’injustice, il faudrait donner sa vie pour la combattre (Albert Camus)

La locomotive d’injustices évidentes du processus emprunté par les indignés 242 et leur chef de file Roland Nitou triomphera.

Les indignés 242 comme tout autres combattants de l’injustice creuset du chaos de la société congolaise actuelle doivent, rester fort et savoir qu’ils ne sont pas seuls.

Les indignés 242 sont des lanceurs d’alertes sur le blanchissement des capitaux dilapidés aux trésors public , c’ est devenu leur crédo pour le combat de la liberté du peuple congolais sous le joug de l’oppression d’un pouvoir dictatorial ethno- tribale.

Le courage extraordinaire, la détermination, des indignés qui donnent des sueurs froides aux dirigeant qu’ils soient politiques professionnels, apparatchiks en pannent de valeur d’intégrité, d’éthique et de transparence ne peuvent qu’ être soutenus et encouragés.

Pour que le Congo notre pays retrouve son intégrité et sa fierté dans la sous région en particulier et dans le monde entier en général.

La colère de Roland Nitou et les indignés 242 face à la ploutocratie du régime de Brazzaville. Est bien légitime

Monsieur le procureur OKO NGAKALA en dépit de son excès d’autoritarisme juridictionnel, ignore stricto sensu .

Qu’une seule injustice, un seul crime, un seule illégalité surtout si elle est officiellement enregistrée , confirmée, une seule injure à l’humanité, une seule injure à la justice, et au droit surtout si elle est aussi médiatisée universellement, légalement nationalement commodément acceptée, un seul crime rompt et suffit de rompre tout le pacte social, tout le contrat social, une forfaiture, un seul déshonneur suffit à perdre, d’honneur et déshonorer tant un peuple c’est un point de gangréné qui corrompt tout le peuple(Charles Péguy)

Peu importe le rang social qu’on a quand l’ange de la vérité arrive elle n’a aucune pitié pour ses victimes.

Les réponses des maffieux devant les faits sont sans importances, le peuple congolais ne peu plus attendre des institutions du sassouiosme une réponse juste, mais une réponse de voyou, face a la maffia les batailles pour obtenir la justice ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides comme disait Nelson Mandela, je perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends, indignons-nous

La société congolaise est devenue si misérable, malhonnête que la vérité offense les politiques, car le vrai désordre au Congo c’est la justice

Indigné 242 , courage l, la victoire est proche car nous sommes le nombre.

Ta BIBATA WA BOUAKA MESO

 

 

Partager :

La guerre commencée mou yinguila touvi

Opération zonga palais réussie de l’honorable Hydevert Moani

Paris attaqué, Paris conquis, Paris maitrisé par la méthode commando.

Ici à sur la place de paris hydevert Moani honorable de son état avait prévenu, il est là, il l’a fait et , est sur le point de gagné son pari (s)

Je suis allé en test et j’ai été viré  manu -militaire par, quatre de ces gorilles  assoiffés de haine et de vengeance de la manifestion de la rue rappe dans le 7éme arrondissement de paris.

ou se cache Maître Mssengo Tiassé, Maître senda, Maître Bernard Tricaud,

Au secours jax Ongouya,Wagué, général kétéka, Kambo yi bwua yikéri, Atso léwa, Mabé Ekoti

Lhonorable hydevert Moani a promit neutraliser la diaspora ce n’est que le début.

Mwéti en direct de Moungali / Madoukou tsiékélé

Partager :

LA COCOTE MINUTE SOCIALE ,EXPLOSERA -T- ELLE AU Congo ?

 

La cocote minute sociale explosera –t- elle au Congo ?

Comment la faire exploser pour dézinguer, le système politique maffieux de sassou nguesso qui, a fait main basse sur les richesses du Congo et ses réseaux nationaux incarnés par les vieux partis politiques , les opposants dits modérés qui ont la bénédiction du régime dictatorial aux mépris du peuple congolais.

Dés lors que le véritable combat politique est sous l’effet d’un somnifère qui empêches tous les congolais de bonne volonté de se mettre ensemble, enclenchant quelque chose de très mauvais qui est cette profonde léthargie sans précédent auprès des salariés congolais euthanasié politiquement , méprisés ce qui prouve à suffisance la violation des droits humains au Congo.

That is the question

que pose l’observateur avisé de la politique congolaise.

En effet, l’ouvrage de la création d’une vraie nouvelle opposition n’est pas facile mais, avec une bonne dose de volonté ,de convictions politiques , de patriotisme ,ceux qui réfléchissent sur la problématique du changement du personnel politique au sein de l’opposition, nuit et jour, doivent jeter un regard panoramique , dans l’espace politique actuel.

Un faux diagnostic vouera à coup sûr cette réflexion qui s’avère nécessaire à un échec systématique de la prospective politique qui s’impose à tous les esprits épris de justice ,de paix ét d’équité.

Seule une diaspora consciente à l’abri des affres de la dictature du Congo Brazzaville peu s’attelé à bon escient à une telle besogne de réflexion refondatrice ayant pour leitmotiv la solidarité. Afin de créer le nouveau homo congolugus politique loin des acquintance et relations incestueuses avec le régime actuel du Congo Brazzaville pour que ,l’opposition congolaise retrouve ses lettres de noblesse et redore son blason.

Malheureusement, force est de constater, hormis la résistance menée par le révérend ntoumi et ses ninja n’siloulou, dont le système diabolique au pouvoir s’attèle à démembrer en multipliant les appels de couloir humanitaire pour la sortie d’un grand nombre des combattants, une stratégie d’asphyxie à l’encontre de la seule personne qui résiste là ou bon nombre de politique congolais supposés combattre l’injustice sociale , le martyr que subit le peuple congolais boit l’eau.

Alors que le pasteur ntoumi ne cesse de réitérer l’appel à un dialogue inclusif sous l’égide de la communauté international, pour pallier à la crise politique déclenché après l’ holdup up du référendum anti- constitutionnel sur fond de la proclamation nuitamment des élections présidentielles controversées le 4 Avril 2016 qui ont fini par ouvrir les veines de la région du pool .

Ta BiBaTa

Partager :

Monologue d’un réformateur(Cicéron)

Monologue d’un réformateur(Cicéron)

1er texte

Beaucoup se sont moqués lorsque nous parlions de stratégie surtout à un moment où la conscience universelle était acquise sur le non changement de la constitution et que nous lancions le manifeste. Des esprits malins rigolaient, riaient sous cap notamment dans les rangs des assises .hélas nous n’avions pas su saisir les rares opportunités pour les transformer en batailles décisives .Nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer. La résistance survit à coup de simples communiqués de presse, expression flagrante d’impuissance. C’est bien malheureux !!!

Car dans toutes choses, il ya un temps dévolu. Un enfant qui nait au-delà de 9 mois, est mort né et avant terme, est prématuré .Aujourd’hui, c’est la panne sèche au risque du plus grand désespoir. Comme quoi la modestie est mère des vertus. Nombre se reconnaitront dans ce que je dis. Les mandarins qui s’y voyaient déjà en arrachant publiquement la parole aux autres sont réduits à leur simple expression et l’hôtel Ibis de la place Clichy qui grouillait de monde s’est asséché comme par hasard.

L’auto-flagellation dirait bien d’autres .Pauvre Congo !!

Nous n’aurons pas fini de nous bouffer même après le régime. C’est la chaine de la servitude de jean jacques Rousseau, l’esclave ne hait son maitre que parce qu’il veut être à sa place.

 

2ème texte

C’est regrettable, une fois de plus on se perd en conjectures. On se doit d’être capable de comprendre une pensée exprimée.il suffit de lire et de relire son auteur.la question, c’est, y a-t-il eu une stratégie de lutte ? C’est la question que soulève un compatriote et laquelle je m’attèle de répondre en vue de féconder cette hypothèse de base et donc le débat.

Je ne m’attaque Pas à la « vénérable » institution qu’est les assises auxquelles j’ai d’ailleurs contribué et je continuerai d’y apporter.car ce serait jeter le bébé avec l’eau du bain.

Je déplore en revanche l’attitude rétive l’évolution de la lutte de nos compatriotes qui n’ont pas su comprendre les enjeux liés à l’adoption d’une stratégie de lutte en toutes circonstances et ce quelles que soient les épreuves .cette carence reste avérée quel que soit le milieu, notamment en ce qui concerne les assises. Sans lui être exclusif.car il ne suffit point de rassembler du monde pour s’imaginer gagner une bataille. Encore faut il qu’elle soit sous-tendue par une stratégie pensée et structurée. Et je ne me départirai pas de cette idée. Des esprits étriqués tentent de réduire le débat à une simple histoire de postes. Des intentions fantaisistes qui n’honorent pas point leur personne, ni n’assurent la pertinence de leur propos. Quelle différence alors entre ces grossiers personnages et les Pctistes qui nous dirigent, en recourant à des arguments à l’emporte -pièce. Car il ne suffit pas de distribuer les postes pour clore un débat.

Les organisations de lutte ont pâti de l’esprit de clocher, lourd héritage d’un passé scabreux. Loin de moi l’idée de sombrer dans le défaitisme comme se l’imaginent certains, je demeure actif dans les pépinières où peuvent encore féconder les idées sans souffrir d’ostracisme, d’égoïsmes primaires, ni de puritanisme de mauvais aloi qui s’exprime dans une radicalité verbeuse qui a du mal à s’assumer sur le plane de l’action concrète. L’objectif n’est pas tant de rassembler les congolais que de gagner les batailles. Si telle est votre philosophie de l’action, alors nous ne sommes pas du même bord.

Je constate l’échec et je clame mon mécontentement, ma colère. Pour autant je ne renonce pas. J’en appelle à la vigilance afin que les esprits encore éclairés ne sombrent pas dans le décor de l’anéantissement total, faute de politique de résultat menée jusqu’à lors et qui finit par vider nos rangs. Dire cela ne relève pas de l’apostat mais de l’esprit libre, épris de progrès. Et c’est dommage qu’on tente toujours de ramener le passé comme pour se glorifier d’un passé défraichi et cacher ses méfaits présents. Alors que celui-là même a été de ceux qui torpillé, piétiné le « Manifeste »pour le respect de la constitution initiée par nos soins, empêchant ainsi les nouvelles idées d’émerger. Alors que c’était le point nodal, le nœud gordien de la question congolaise .Peut être voulait-il préserver son strapontin afin de les monnayer le moment venu !.Or, là se trouvait le barycentre, le point d’intersection entre une opinion nationale étrillée et opposée à ce projet funeste et une communauté internationale médusée, compatissante et mobilisable à l’envi. Là résidait pourtant le talon d’Achille d’un pouvoir vacillant.

Une fois de plus, on fait face à une majorité bien-pensante qui se pense tout savoir mais en définitive ne sait rien. Nul besoin d’être clerc pour le comprendre.ni nul besoin d’avoir un »long » passé de militantisme comme se glorifie certain intervenant dont il faut plaindre la modestie.

Quel rapport avec pascal lissouba !! Des propos éperdus qui marquent l’attachement à un passé révolu.

Mon propos n’est pas nominatif, il est de portée générale .Décence oblige. Tant est vrai, qui se sent atteint par cette critique de portée générale devra en tirer profit et s »appliquer la leçon qu’elle comporte, autrement dit qui se sent morveux, se mouche.

Au regard du drame actuel, il n’y a pas matière à pavoiser même pour ceux qui prétendent animer les sociétés savantes .L’Heure est à la modestie. Il n’y a de richesse que d’hommes ; pour peu qu’on sache en faire œuvre utile .le Congo d’aujourd’hui va de charybde en silla.

Partant, il nous faut générer une nouvelle conscience nationale au risque de dépérissement irréversible.

C’est la leçon qu’apporte julien Benda dans la « trahison des clercs » qui voit en l’intellectuel celui qui se doit d’éclairer les consciences que de se laisser emporter par des passions dévorantes.

 

3ème texte

Cher compatriote, tu aboutis à des conclusions trop hâtives .Qui t’a dit que je revenais aux assises !!

Je n’y verrai aucun intérêt tant ça restera un panier à crabes.

Tu fais digression en parlant de tout et de rien sans rapport avec le sujet posé ; le témoignage courageux de notre compatriote exprimé à travers un questionnement traduit la réalité qui menace la résistance, le manque de conviction et de sincérité, volontairement entretenus par les élites politiques, intellectuelles véreuses. Son questionnement n’est pas un cri de désespoir. Au contraire, la force de ce dernier est faire réagir les congolais qui n’acceptent plus la destruction de leur pays et de ses valeurs. Son mérite est d’avoir ramené le débat d d’idées au firmament de nos interrogations. Et aussi de fustiger des attitudes contre-productives axées essentiellement sur une vertu dormifuge des mots, anesthésiants. La cupidité aidant. Sans omettre l’indifférence.

L’absence de solidarité nationale sur le drame du pool prouve que nous sommes à des années-lumière de ce que nous pensions à tort être une nation. C’est le travail de refondation auquel je m’attelle avec mes amis, dans le silence des agneaux.

Partager :

QUAND SASSOU TÂCLE LE GDP

QUAND SASSOU TACLE LE GDP

Le Grand Débat du Pool préconisé par la diaspora a tant inquiété le régime du Congo-B/Ville que celui-ci s’est empressé d’organiser un simulacre de réconciliation ce mois octobre 2017 autour de personnalités assujetties triées sur le volet. Cette scénographie visant à noyer dans l’œuf le Grand Débat ne trompe personne. En clair, le pouvoir d’Oyo a voulu intimer l’ordre aux Congolais dans le pure style de « circulez, il n’y a rien à voir ». Ce fait est un outrage indigne exprimé par la voix de son représentant, le sieur Isidore MVoumba, spécimen fossile choisi pour assener des coups au mental des initiateurs du projet. Qui d’autre serait bien placé, dans cette guerre psychologique, qu’un natif de la région du Pool pour une aussi sale besogne en portant haut et fort la parole de son mentor Mr Sassou ?

Du fait que l’émergence et la perspective de la tenue de ce Grand Débat aient intéressé des personnalités politiques et morales du pays, le pouvoir s’est empressé de les corrompre ou du moins à les cocufier.

En voulant nier la pertinence de ce Grand Débat, Mr Sassou se mêle les pinceaux. Le fait d’avoir nommé le croulant NDalla alias Graille pour l’intermédiation témoigne de la préoccupation majeure de la question du Pool. Cette nomination reste pourtant active alors que publiquement Mr Sassou vient de siffler la fin de la partie qui n’en était qu’à ses débuts. Pareille façon d’agir s’apparente à de l’amalgame sans effet sur le cours politique du pays.

En effet, l’élan suscité par cette grande idée n’est pour autant pas éteinte puisque les initiateurs se trouvent hors du système mafieux établi dans notre pays. L’incubation politique du Grand Débat du Pool continue ainsi sa maturation telle que programmée par ses initiateurs.

Mais, conformément à l’assertion selon laquelle « La politique est une Science et un Art tout ensemble », usons de la méthodologie et de la stratégie. Rien n’arrêtera la réalisation de cette grande idée. La quadrature de cet événement a déjà pris une circonférence nationale. Le pouvoir le redoute. Il s’emploie à neutraliser ou à désorienter les forces locales pour éteindre la dynamique créée autour de cette idée.

Nous proclamons que le Grand Débat du Pool passera désormais par d’autres voies.

Ce pouvoir d’essence ethno-tribal absolu a sévit depuis les temps monolithiques où la peur a été distillée dans les consciences. Le Pool a été le point focal de cette politique de terreur hier comme aujourd’hui avec une intensité et une ampleur sans limite. Les anzibas n’agissent plus en embuscade dans les plantations dans le Pool. Ils se font visibles et utilisent des moyens lourds au yeux de tous et dans le silence assourdissant de la communauté internationale.

Le régime caresse l’espoir de phogocyter la Résistance. Le piège s’est retourné contre le créateur supposé du révérend NTumi car ce dernier a pris conscience de sa condition et du sort qui lui est réservé s’il tombait entre les mains de ses détracteurs. Certains compatriotes rivalisent de chausses -trappes et utilisent publiquement le prétexte de « créature » pour le livrer en pâture à l’appétit sanguinaire de Mr Sassou. D’évidence, la créature a échappé à son créateur et c’est une raison suffisante pour le défendre.

Mr Sassou n’est pas un président au sens noble du terme. C’est un chef de guerre tribal et traître pour le Congo. Comme tel, la Résistance le traite et le combat jusqu’à notre victoire.

Sakoumouna ya mpéné

Partager :

Spécial Tata Ntoumi

SPECIAL TATA NTOUMI
BOMBA BOMBA MABE
Réflexion non partisane et visionnaire de la diaspora
Tata NTOUMI
Tizongo ti kubukiri, mu noundzi wu bahukiri mu tâmbu
Sassou nguessso est pris dans son propre piégé L’ homme est totalement amnésique, on se demande , se pose la question de savoir si l’homme ne souffre pas d’une pathologie , depuis longtemps que seul un bulletin de sa santé peu révéler bref .

En effet , en montant sans vergogne son énième scénario avec quelques maudits du pool, sassou nguesso continu à croire que les Kongo lari ont une mémoire courte , sont ses sujets qu’il veut de nouveau rouler dans la farine .

19 ans après le scénario tripartite (Sassou, Kabila et le HCR) de la main tendue qui précédât le charnier du Beach , on constate que l’homme est dans un bis repétita, pour fredonner la même rengaine au pasteur Ntoumi son pantin de Mantétsama sur Oyo, entrain de s’échapper pour des raisons connus seuls par les deux complices Le révérend NTOUMI création des services secrets français dans le but de fragiliser l’opposition congolaise pendant l’exil de Bernard Koléla .

Un grand fossé existe maintenant entre le valet du créateur et la créature ? L’énigme dépasse l’entendement des congolais du jamais vu. Pourquoi monsieur Ntoumi nargue, humilie Sasou nguesso jusque au point de dire qu’ il n’ aura jamais sa tête , tant que le Congo ne sortira pas de ce chaos . qui se cache réellement derrière le personnage de Ntoumi ?

Dieu pour les fanatiques et libérateur pour les nationalistes, réponse pas facile, des deux choses l’une ; à cause de Ntoumi le valet garde sa queue entre les jambes, la satrape de oyo et sa meute sont aux abois affiliés aux prétendues sages du pool constitués de renégats Kongo lari qui auraient pu intégrer le concept du Grand Débat du pool pour la sérénité de notre région .

Toute vérité n’est pas bonne à dire , blague à part mais, le mensonge est mortel .Si tu parles tu mœurs, si tu ne parles pas tu mœurs aussi donc parle et meurt, en supportant les guêpes sur ton chemin. Incroyable mais vrai . Nous sommes au Congo où le mensonge est devenu le creuset de la nouvelle classe politique l’ idéologie des congolais criminels qui ont fait main basse sur le Congo .

créant un ennemi permanent et invisible au yeux des tristes citoyens , à malin ,malin ét demi Dénis nguesso s’est fait rattrapé par ces commanditaires français ,après avoir jongler entre l’énigme kongo lari qui a longtemps servi son règne entretenant des assassinats des enlèvement sans oublier la grande dépravations des mœurs de notre société. .

Mais le paradoxe est que dans cet imbroglio ? la seule critique accepté est celle de Sassou nguesso et de son clan , pas celle de ses affidés relayant son machiavélisme.
Force est de constater que le combat politique aux idées saugrenues de l’opposition et de la résistance, n’est pas en phase avec le peuple déçu, sur l instabilité du pays et de l’embastillement des kongo laris des pays de Mpangala.

Dieu le père aura du mal de créer une plateforme de l’opposition et de la résistance contre la servitude volontaire, pour ramener la paix et la sécurité au Congo, et repartir à zéro.
Car il est difficile de maîtriser et de comprendre pourquoi , l »opposition actuelle et la résistance ne forment ils pas un tandem capable de porter un projet politique susceptible de régler la persistante crise qui dénature l’image de notre Congo dans le concert des nations.


la résistance et de l’opposition actuelle, n’ont rien avoir avec la source, l’origine et la cause de tous les maux qui nous endeuillent, qui perturbent et empoisonnent tout le Congo dans ce théâtre d’ombre.
Pourquoi seuls le nsiloulou , les ninjas deviennent cobra et non l’inverse ? Voir la division de ces derniers en trois groupes antagonistes.
Depuis quand et pourquoi les hélicos militaires ravitaillent les nstiloulou de Mantséma ?
WOU BAHOUNA WENA MESO

Partager :

BOMBA BOMBA MABE

      BOMBA BOMBA MABE.

Afin de légitimer la cessation des hostilités dans le pool, Sassounguesso exhibera le révérend pasteur Ntumi mort ou vif devant la communauté internationale.
Alors ,où que vous soyez cher révérend faite signe de vie, pensez au nombre de personnes qui meurent et qui souffrent à cause de vous.
Vos message audio visuel ne nous suffisent plus.

Moi Armand Mandziono, je ne vous crois pas caché dans les buissons au pool ? Préparant votre ultime et victorieuse offensive sur le palais de Sassou, la guerre devrait se faire sur Brazzaville intra-muros ou Isidore Mvoumba votre fournisseur de téléphone satellitaire essai avec beaucoup de remord et peut être avec de l’amertume de rattraper sa gaffe en vous piégeant sur un pseudo dialogue du pool.

Sans vouloir me répéter, le révérend Ntumi n’a jamais et ne maîtrise rien car, il n’est pas avec ceux qui se débrouillent dans cette jungle sans espoir de faire partir le machiavélique Sassounguesso avec des armes sophistiqués à mon avis qui ne seront jamais à leur portée
La France en grand maître n’as jamais fermer les yeux, elle est au courant de tout et l’artisan de la supercherie.

Sassou nguesso veut juste anéantir la force vive du pool qui l’a longtemps boudé et combattu, atteignant ainsi Bernard Koléla dans sa chair. Tuer la poule dans l’œuf et éliminer les bourgeons du BA DIA NTSEKE à l’instar des nazis contre le peuple juif.
Je ne vous provoque pas non loin de là, je fait juste le griot d une poignée des kongo Lari qui sont encore éveillés, vivants et révoltés contre vos scènes de ménages avec le pouvoir de mpila’(YA BA COLERE VE)

On refuse de mourir pour l’argent de popote de sassou nguesso.
Un individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix milles individus endormis, et soumis (MAHATAMA GHANDI)
Révérend sachez que vous êtes déjà sur le plan de travail de la cuisine de l’ogre de l’Alima
Est-ce que Sosso AKOKI KO MELA NGADO
Kongo vaincra Ti batu manisa Mpé

 

Partager :