JUSTIN LEKOUNDZOU ENCORE UN CRIMINEL DE MOINS.

« J’ai dit au camarade SASSOU ,  Marien   est mort , il m’a regardé je l’ai regardé il l’a pleuré  j ai pleuré , nous avons pleuré dixit ITHI LEKOUNDZOU à la Conférence Nationale Souveraine. »

Samu lufua wa ntête  renchérît  le vieux sage  korobo MATSOUANISTE.

Il faudrait que les congolais  comprennent   que nous sommes en face des monstres  froids  , qui sont entrain de nous quitter sans livrer leur   vérité grand V , pour affranchir le pays du mensonge .

Comme quoi nos frères du nord ont fait le serment la main sur la poitrine ,  sur la foi du sang   versé notamment de Marien NGOUABI et de biens d’autres personnalités de ne rien lâcher…

De ne pas dire la vérité grand  V pour affranchir le pays du mensonge.

Chacun emportant cette vérité vraie dans sa tombe .

C’est là ou se trouve le malheur du Congo . ce pacte de sang que nul ne veut briser . mais le Dieu vivant tranchera un jour .

A DIEU VEAU  VACHE COCHON COUVEE !

Nous verserons    des larmes de crocodiles !.

Enfin , Justin LEKOUNDZOU   , va dans les limbes  rejoindre ceux qu’il avait passé à la potence et écourté la vie.

Que la terre lui soit lourde en attendant que les autres apparatchiks du PCT,  ne tombent  dans les fourches Gaudines de la mort !

A DIEU VEAU VACHE COCHON COUVEE (Jean de la FONTAINE)

Toutes nos condoléances à SASSOU-NGUESSO , l’homme des actions  contraires à l’évolution  du Congo.

YA LUBU NINI NWETA NWETA , IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

Partager :

CLEMENT MOUAMBA ENCORE UN CRIMINEL DE MOINS

L’homme vient de quitter les damnés de la terre du Congo  , pour l’au-delà aller rendre compte à DIEU , le tout puissant  des  nombreux nouveaux  hôpitaux construits durant   la municipalisation ralentie  , dont lui même   n’a pas pu  bénéficier des soins adéquats, préférant le tourisme sanitaire en France  .

Après avoir servi loyalement  le cynique  SASSOU-NGUESSO , lors de la mandature issue de la forfaiture ensanglantée de 2015,  pour le changement de la constitution  .

La grande famille politique de SASSOU-NGEUSSO ,  l’immortel et son  grand parti congolais des tricheurs ( le PCT ) viennent de perdre un illustre fossoyeur de la BCC et ancien  cerveau  penseur  de l’UPADS ,  initiateur  de la création du poste du leader officiel de l’opposition constitutionnelle en la personne de TSATY- MABIALA  , afin de mieux contrôler cette dernière.

Sur ce toutes nos condoléances à SASSOU-NGUESSO, l’homme des actions contraires à l’évolution du Congo .

YA LUBU NINI NWETA NWETA ,IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

Partager :

DIASPORA : COMMENT SE DESOLIDARISER DE CETTE PARENTELE ?

La diaspora congolaise de Paris peu- t -elle retrouver sa dignité et son souffle  d’antan  dans le combat de la restauration de la démocratie au Congo , qui devient quasiment une fiction ?

En effet, après la démission des intellectualos-politiques et l’instauration de la distraction identitaire  entretenue  ,  par les uns et les autres  en manque d’imagination dans ce sacerdoce, le constat est très amer et ne présage aucun résultat positif, pour une diaspora qui a optée  comme  tendon d’Achille le tribalisme.

Le devant de l’espace politique de la diaspora est occupé par une parentèle, des tortues à doubles carapaces, des démagogues venus droit du pouvoir de Brazzaville , dont les motivations sont sujet à cautions et dominées par des règlements de comptes entre eux , en  lieu et place du véritable combat  .

Cet écran de fumée  laisse pantois et fait  planer un doute des motivations qui  animent  ces derniers , il  devient insupportable   car ses opposaillants et opposaillantes  , ont réussi à occuper massivement  le devant de la scène avec l’aide des  vidéos  qui circulent dans les réseaux sociaux ,    permettant à   étaler leurs querelles à deux balles  , qui  déshonorent totalement  le combat politique  sur  la toile.

Cela  pour juste emmerder   la parentèle d’en face celle du pouvoir avec laquelle ils sont tombés en disgrâce à l’instar  des caprices d’enfants gâtés et faire ombrage aux véritables militants  qui sont pour la restauration  de la  justice , de la  paix  et de l’équité  sans distinction ethnique.

Hier , ce combat était mené avec  convictions même s’il était pris en otage par les militants de l’UPADS ,    ce dans le souci de voir le Congo aspirer au changement dans le respect et la dignité .

Mais  , malheureusement nombreux sont  ces activistes qui battaient le pavé sur la place de Paris ,   ont  été accusé  de traîtrise sans preuve aucune ,  afin de mieux  les discréditer et les mettre hors- jeu ,  par les groupuscules  politiques de l’UPADS , et l’ineptie de certains intellectuels.

Cette stratégie  a fait ses émules et  donnée libre cours aux pantins  qui finalement , ont  réussi  à les  supplanter  par une solidarité  parentèle qui  s’impose actuellement au devant de la scène .

Qui croyait prendre est pris.

L’insoutenable légèreté et  immaturité  politique qui règne dans la diaspora,  sont les leviers  des nouveaux activistes , elles   s’apparentent à la politique de l’autruche dont on ne peut attendre aucun   résultats probants.

D’ ou  la question suivante aux congolais de la diaspora,   qui nourrissent  encore  un espoir de voir  les choses changer au Congo.

Comment peut-on  faire pour redorer le blason de la diaspora et redonner un nouveau  souffle au combat politique  face à la politique  de diversion qui gangrène  la résistance et qui a  transformée   la place de Paris en une Comedia d’el  Arte ?

YA LUBU NINI NWETA NWETA , IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

Partager :

LA DIASPORA POLITIQUE CONDAMNEE A PAYER 90 OOO EUROS A SASSOU-NGUESSO.

SASSOU-NGUESSO , vient de réussir un coup  KO  , avec l’aide de ses réseaux maffieux   à  l’encontre de la diaspora  militante  ,  qui souffre d’un déficit criard de solidarité , et championne en  stratégie foireuse.

Le manque de stratégies( ce grain de sel qui à manqué à la diaspora )  pour mener à bien le combat contre le régime criminel de Brazzaville ,  plonge la diaspora dans une  bérézina totale    face au verdict  , qui condamne les jeunes activistes Eugène Maître GAMBIA , Bram MANDELA, qui n’ont jamais reçu un KOPEC comme soutien  de cette diaspora contrairement à FAYE MONAMA, grand exécutant des manipulateurs de la diaspora dont il s’est fait le porte parole ,  moyennant le trafic de sa conscience pour aller au casse-pipe, à deux ans de sursis probatoire assortis de 30.000 EUROS,  chacun

En effet le conflit entre les autorités du Congo et la diaspora   débuta lors du  pseudo référendum pour  le changement de la constitution avec la bénédiction du Président français de l’époque François HOLLANDE en Avril  2013 , a pris  fin.

La cause est donc bonne et légitime , sauf que les outils ont failli faute de mise en musique dans  le cadre d’une stratégie assermentée.

La diaspora congolaise va -t-elle assistée ou laisser ces activistes qui avaient agi au nom des opprimés congolais  seul en face de leur sort ou prendra – t-elle la main en les aidant à payer les dommages et intérêts ,   pour au moins alléger l’épée de Damoclès suspendue sur leurs têtes ?

La solidarité de la diaspora est mise à rude épreuve .

Tel  donc, un coup de tonnerre dans le ciel, la justice est tombée , laissant se désemparer  les troupes  dans les rangs de la diaspora . La débandade qu’occasionne la lourde et sévère décision  du tribunal  cloue  au pilori  les derniers espoirs  que l’on pouvait encore  nourrir  pour la lutte , jamais le coup n’a été aussi  fatale, rude  que de voir pareilles condamnations .

Tout  ressemble désormais  à un champs de bataille après une irréversible défaite  à l’image de  celle de NAPOLEON  et ses troupes  à Bérézina .

Cette épisode tragique de l’épopée  Napoléenniene , est tellement légendaire qu’on en vient  à l’emprunter pour mieux peindre la déconvenue  de la Diaspora Congolaise en France .

Qui l’aurait cru , qui aurait cru  que nous prendrions  une déculottée  pareille!

90 000 euros  de dommages et intérêts  à verser à SASSOU et ses sbires , soit une bagatelle de 30 000 euros pour chacun des condamnés .

Ceci  ressemble à une  crucification  , pour encore mieux définir  les choses .  Hier , on cultivait l’espoir , voilà  que l’on coupe l’herbe sous le pied  à cette diaspora , pourtant vaillante , combattante mais désorganisée. mal structurée.

A qui la faute , bien sur aux condamnés , qui paient le prix de leur   erreur  de jeunesse.

Car , voulant trop bien faire  et se laissant aveuglés, la jeunesse  a pris le chemin étroit de la brutalité , de la violence et donnant du grain à moudre  à la partie adverse , qui , pourtant , ne cesse  de filer du mauvais coton , avec les Pandora  Papers. .

La faute est amputable à ces derniers , certes  mais on saurait  dispenser  ceux ,  qui les ont conduit dans cette situation, ces ainés qui ont joué la partition  de la division  et donc de l’immobilisme .

Or la nature à peur du vide. N’est ce pas eux  qui, par leur  » conneries  » ont poussé les jeunes  à se prendre  en charge ?

Et ont  fini à se jeter  dans la gueule du loup !

Honte à eux , car les jeunes ont manqué de l’encadrement des gens capables  de les guider, de servir de modèle .

Tel  ne fut pas le cas à l’orée  de cette débandade .

C’est donc de l’illusion  perdue, faute de conscience affirmée pouvant et  Devant   servir de lanterne .

Ou sont les TOUNGAMANI Benjamin ,MIAYOUKOU Alexis ,NDOBA Magloire, Marcel  ABIGNA ,OUABARI MARIOTTI  Joseph ,Eugene Fernand LOUBELO, Benoit KOUKEBENE, John Binith DZABA, Godefroy,  KARANDA , MAWA WA MA KIESSE , Simon MOUSSOUNDA, Ferdinand MOUNKALA ,Jean TRILLAND Claude SANGOU,  qui ont disparu  comme du brouillard !!

Maintenant que la calebasse est cassée  et que l’on a le dos au mur , va-t-on  laisser  ces jeunes candides  porter seuls leurs croix ?

Ou va -t- on  faire jouer la solidarité.

La solidarité de la diaspora est mise à l’ épreuve.

Quand le bateau coule, les rats  quittent le navire,  est- ce que c’est le cas maintenant face au drame  , qui vivra verra !

Aux jeunes activistes  un lion ne meurt jamais, il s’endort seulement.

YA LUBU NINI NWETA NWETA , IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

 

Partager :

LES FOURBERIES DE SCAPIN OU L’HYSTERIE DES PETITS FARCEURS DE LA DIASPORA POLITIQUE.

LES OPPOSAILLONS CAMEROUNAIS : DES AVENTURIERS VENDUS D’AVANCE PAR LE RÉGIME DU SATRAPE BIYA ? – YouTube

Chez les congolais la solidarité est une  denrée inexistante.

On lâche l’autre à la moindre déconvenue, maintenant que le fameux procès de l’ambassade est  fini, que le verdict est connu .

L’heure est arrivée de faire le bilan et  se poser la question   de savoir ; Qu’est ce que ce petit monde de farceurs étaient venus chercher dans ce noble combat de la restauration du processus démocratique  au Congo  , que la diaspora mène depuis le 15 octobre 1997,date à laquelle  les orgues de Staline , utilisées par SASSOU-NGUESSO et ses combattants( Cobras)  ont interrompu  net ,  la marche vers la démocratie issue de la Conférence

Nationale Souveraine et   plongés le Congo dans les abîmes du diable ?

Que  sont- ils venus chercher donc , dans ce  noble combat politique de la diaspora , si ce n’était  pas démontrer à la face du monde l’ imposture des » opposaillons » qu’ils sont, afin d’ accomplir la volonté des autorités Brazzaville  , qui se sont  toujours battues  pour  salir la diaspora,  la  présenter  comme étant un ensemble de membres de la communauté congolaise composé   des « hors – la loi » à travers le monde .

C’est que ces    « opposaillons »  ont  bien réussi avec maestria ,  comme l’explique le professeur NYAMSI wa KAMERUN sur la vidéo  ci-dessus,

Tous ceux qui les ont porté pendant un moment se retrouvent salis par les empruntes des actes  pittoresques  , qui leur  ont permis   de discréditer la diaspora  , en  occupant l’espace et le devant  de la scène politique de cette dernière.

Après le naufrage du monde «  intellectualo -politique » sur la place de Paris, comme la nature à toujours  horreur du vide  , on a vu donc submerger l’écume venus du fond du  fleuve Congo ,  pour occuper le devant de la scène politique  dans une anarchie paranoïaque ,  suscitant l’ire des autorités de Brazzaville  , qui ne se tardèrent  pas de sabrer le champagne ,  tel un rituel quand il faut  fêter des   grandes victoires.

A travers la chute de ce petit monde c’est la diaspora qui est exhibée en trophée.

Des années de luttes sont englouties dans ce tohu- bohu ,  ils ont saccagé  tous les acquis du combat politique .On se croirait   sur un  champs de bataille ou la défaite est cuisante où les gens se rejettent les responsabilité à qui mieux-mieux.

Ces hommes et femmes pour dire vrai ne méritent que le Goulag, parce que ils ont apporté la poisse à l’ensemble de la lutte.

Telles des brebis galeuses les voila qui se jettent mutuellement la pierre ,  comme pour chercher un mouton noir déjà tout trouvé en la personne de Faye MONAMA ,  oubliant  même qu’ils ont tous écopés la même peine.

Pourtant ,  le combat dont ils se revendiquent  est beau, il est louable  et même vénérable aux  yeux du peuple congolais  , qui souffre sous l’oppression  tyrannique d’un pouvoir   et  ont raison .  Dommage  ,  voila  que  maintenant ils se font  passer pour des tintins , des petits rigolos , des marionnettes du pouvoir  déshonorant du coup  l’ensemble de la résistance.

A quel jeu jouent-ils  ?

Soit alors  , ils sont si gauche ,  maladroit  et il est raisonnable qu’ils se retirent définitivement  ou alors ,  ils ont joué  le jeu du pouvoir et ils ont réussi leur coup .

Peuple congolais méfiez-vous des faux prophètes.

Ésaïe 9:15 L’ancien et le magistrat, c’est la tête, Et le …

https://saintebible.com/isaiah/9-15.htm

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Matthieu 24:24 Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. 2 Corinthiens 11:13-15 Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs

YA LUBU NINI NWETA NWETA, IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

Partager :

ARMAND MANDZIONO UN CHEVAL DE TROIE.

Voici un texte qui circule in box , que j’ai intercepté et que je rend public, pour couper court sur cette campagne sournoise  de dénigrement sur ma personne par des lâches, des acteurs de la politique fiction.

ARMAND MANDZIONO UN CHEVAL DE TROIE

C’est un petit de Benoît MOUNDELE-NGOLLO ,pour savoir ce que font les LARIS de la diaspora de Paris , n’oubliez jamais, si vous ne le savez pas encore !

IL le rejoignait à son hôtel , quand il venait à Paris.

Il lui avait offert au moins une fois un billet aller-retour de Brazzaville pour le rejoindre sur place  et préparer le plan Z anti- pool.

Il y’a un adage qui dit que «c’est au pied du mur qu’on juge le maçon».

C’est sur la base d’un certain nombre d’actions menées au sein de la Diaspora que Armand Mandziono est souvent présenté comme activiste de la diaspora qui lutte pour la restauration de la démocratie au Congo.

Cela était vrai au début, mais depuis un certain moment l’homme brille par des actions confuses, qui laissent quelques fois les fins observateurs de la vie politique au sein de la Diaspora perplexes, tellement qu’elles dénotent à la fois d’une ambivalence, d’une ambigüité et d’une versatilité inouïe.

Qui est-il réellement ?

que cachent ces dernières attaques sur ces collègues de la Diaspora ?

Qui est-il réellement ?
Le chanteur Nduenga lui a récemment posé la même question afin d’éclaircir ses origines: serait-il Teke ou Lari ? ?

Tiens, un petit rappel : souvenons-nous quelques années en arrière Brazza news , lui consacra un article où il fut présenté comme le féticheur attitré d’un député sulfureux de Brazzaville. Pour ces services il bénéficia d’ailleurs de plusieurs voyages gratuits au Congo, qui plus est en business classe à travers la défunte compagnie Ecair.

Cette réputation de féticheur qui lui colle la peau s’est trouvé renforcée par ces accointances avec Benoit Moundélé-Ngollo avec qui il partage également les mêmes goûts vestimentaires.

Tant pis pour ceux qui n’y croient pas, l’homme est tentaculaire, nul doute que le fétichisme qui mine le pouvoir de Brazzaville a trouvé son relai au sein de la Diaspora dans un but clair : contrôler spirituellement celle-ci.

Le Parcours militant d’Armand Mandziono le prouve. Rares sont les militants de la Diaspora qui ont côtoyé la quasi majorité des associations à caractère politique sur la place de Paris.

Armand Mandziono avant de lancer ses attaques tous azimuts sur la Diaspora l’a d’abord prospecté, il en a fait une photographie globale et individuelle de ses acteurs, d’abord sur le plan mystique ensuite sur le plan de renseignements.

Effectivement ce qui se passe actuellement est digne d’une cyber guerre entre la Diaspora et le pouvoir de Brazzaville. Brazzaville a ses hackers et ses chevaux de Troie : Armand Mandziono fait partie de ses derniers.

Que cachent ces dernières attaques sur ces collègues de la Diaspora ?

Ces dernières attaques sur ces collègues de la Diaspora entre dans la dernière phase d’action virale : la destruction des cellules, l’une après l’autre pour entrainer au final l’effondrement de toute la charpente. A cette fin, Mandziono a mis son venin dans la plume. En véritable franc-tireur il travaille à l’élimination des vaillants soldats de la Diaspora.

Si ce n’est à cela qu’il travaille, dites-nous à qui cela profite ?

We na makutu ka wa.

Kosa leka

Partager :

PANDORA PAPERS : LES THURIFERAIRES DE LA REPUBLIQUE.

Le fanatisme est un monstre qui ose se dire fils de la religion selon VOLTAIRE.

Contemporain de Platon et d’Aristote , Diogène qui  fut l’élève de Socrate est un  philosophe-clochard, qui relevait de l’écoles  des cyniques.

vivant  dans un tonneau et se promenant en plein jour dans Athènes, avec  une lanterne allumée à la main, à la recherche d’un homme authentique, il considérait que , les hommes les plus nobles étaient ceux qui  méprisait la richesse, la gloire, le plaisir tout dominant la pauvreté, l’obscurantisme  la peine et la mort.

La recherche de l’homme authentique selon  Diogène , s’apparenterait à la recherche du congolais authentique face à l’affaire des Pandora Papers  , cette épine, ce caillou coincé dans la chaussure de   Denis SASSOU-NGUESSO ,  qui est accusé  personnellement de manipulations , de malversions et de crimes économiques.

Dans un Etat sérieux ,  cette situation relèverait de la haute trahison et  serait passible dune procédure d’empêchement.

Mais,  paradoxalement  au Congo, on assiste à des réactions de soutien tous azimut ,  à la limite du grotesque et du ridicule par des individus dont l’irresponsabilité est une vertu ,  pour un scandale, qui devait pousser la Cours Constitutionnelle à s’auto- saisir ,  ainsi que les instances supérieures du PCT par principe   ,  d’activer la commission de contrôle et de vérification afin de se conformer aux textes fondamentaux en vigueur,  imposés  d’ailleurs au prix du sang et de larmes , tel un nouveau navire sorti des chantiers pour tester sa résistance aux flots fluviaux de l’Alima .

Au lieu de ceci  , on voit apparaître un personnage aux allures catholiques ,  drapé dans son costume cintré  , sous une monture réglementaire , tel un paysan endimanché ,  qui plutôt que de prêcher la  bonne morale vient exhiber son fanatisme monstrueux  qui n’a d’égal que son incapacité  à lire les enjeux du moment .

Cet homme , le camarade Parfait ILOKI ,ancien directeur de la communication aux Grand -Travaux  , qui n’a aucun passé de militantisme avéré dans ce parti dont il est le porte parole, au grand dam des militants du canal historique , doit certainement sa promotion à sa filiation patronymique avec les frères ILOKI, dont l’un Auguste ILOKI préside aux destinées de fameuse Cours Constitutionnelle et l’autre le Professeur Léon Hervé  ILOKI est à la tête du Conseil National de l’Ordre de Médecin .

Ce fils de la religion du mensonge , de la haine , de la corruption , de la concussion, du crime , n’a probablement pas conscience de la posture qu’il vient de prendre au regard des drames que vivent les Congolais, ce peuple qui a tant souffert et qui a consenti des gros efforts et des sacrifices , auxquels on ne peut adjoindre un attribut , ce depuis le 5 février 1979 date à laquelle le Congo est devenu « l’épicentre des ténèbres en Afrique Noire Francophone «  faisant de son régent un Empereur qui a atteint les sommets de la dégringolade.

Le Camarade Parfait ILOKI , en prenant cette posture contre le pays qui abrite les soutiens de votre mentor êtes-vous seulement conscient qu’en cas de pepin de santé  , que vous seriez obligé d’être évacué à l’hôpital général d’OYO plutôt qu’ à l’hôpital Américain de Neuilly, car la clameur publique se souviendra toujours de la vivacité de votre plaidoyer ?

Avez-vous pris suffisamment de conseils auprès de vos ainés et supérieurs du Parti , qui dans  des  circonstances similaires   n’ont jamais porté la voix aussi haut contre ceux qui leur  ont permis d’instaurer brutalement cette Constitution qui vous fait  aujourd’hui Roi ?

Êtes-vous convaincu et persuadez que le Président de votre Parti est du même avis que vous dans votre manière de réagir , lui qui n’a recours qu’aux avocats et conseils français dans ses contentieux outre- atlantiques , méprisant du coup votre intelligence tropicalisée ?

Cher Camarade Parfait ILOKI  , sans vouloir vous importunez ,  il est parfois préférable de gardez le silence   car il vaut de l’or , d’autant plus que vous n’avez  pas  la  maîtrise des contours et détours d’une situation dont les répercussions peuvent vous emportez à titre collatéral.

Un homme averti en vaut deux .

YA LUBU NINI NWETA NWETA ,IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

 

 

 

 

 

Partager :

CRC: UNE ASSOCIATION DES BONIMENTEURS.

 

 

La prétention de faire la  politique sur la place de Paris est née  des congolais qui pensaient qu’ avoir des  diplômes supérieurs  suffisaient largement  à se jeter dans les arènes politiques.

Les difficultés croissantes auxquelles le Congo se confronte depuis le processus de démocratisation déclenché en 1990  réveille les instincts de libertés   manifestés à travers la citoyenneté dont  les plus fondamentales sont le droit de se réunir en association ou parti politique.

Mais ,  le hic dans cette histoire c’est  la prolifération de  groupuscules  dont les objectifs sont mal structurés et qui plus sont sans stratégies  à la recherche dont on ne sait quel idéal .

Ceci est souvent caractérisé   malheureusement par des attitudes égoïstes et égocentriques  qui n’ont d’égal que l’obscurantisme qu’ils prétendent par ailleurs combattre .

Il  n’est donc pas étonnant de constater amèrement  , que les résultats escomptés  jusqu’alors ne soient pas à la hauteur des attentes d’autant plus que les préjugés sur  les uns et les autres demeurent irrémédiables   .

Après le Codicor, Congo ya Sika, les Amis de la République , le Comité d’Actions, Rupture ,MRLC,  les Assises , structures dans lesquelles  on retrouvait les même personnages mais avec des têtes d’affiche différentes.

Il y a  pratiquement deux années  arrivait sur le marché un nouveau produit à l’emballage exotique dénommé CRC ou Congrès pour la Renaissance du Congo .

Lancé  avec fracas  le 14 décembre 2019 à Paris , devant une pléiade de personnalités haut en couleur de la diaspora  ,   sous le haut patronage de Clément MIERASSA , le seul opposant qui pouvait   curieusement sortir sans autorisation à ce moment là , le CRC  avait suscité un grand espoir pour certains esprits d’autant plus que les Assises depuis sa reprise  par l’équipe du Président John -Binith DZABAne se faisait plus entendre , car il promettait de déplacer les montagnes là ou tous les autres avaient échoué.

Cela paraissait comme une nouvelle façon de faire de la politique avec l’implication  à la fois  des acteurs de l’intérieur et de l’extérieur  surtout  , chose inédite ,  l’engagement des officiers de la force publique  de la diaspora d’activer leurs réseaux  à l’intérieur  ainsi que l’imbrication  de la société civile et de la population pour lancer une opération de soulèvement d’une envergure jamais  connue pour empêcher  les échéances  électorales du 21 mars 2021 devant aboutir au » dégagement » de SASSOU-NGUESSO.

Mais c était s’y méprendre sur la capacité du commandant à savoir lire une boussole en plein océan.

Le colonel Simon MOUSSOUNDA ,  c’est de lui qu’il s’agit  ,  cet officier de transmission  formé en URSS apparut comme  le leader naturel de ce groupe    au mépris des règles élémentaires  qui voulurent que le futur dirigeant soit le fruit d’un consensus .avant le congrès constitutif .

A priori , le mode de gouvernance de départ  était celui d’une direction   horizontale c’est à dire  la désignation d’un comité  de pilotage.

Malheureusement  , Le colonel  Simon MOUSSOUNDA ,  saborda les fondamentaux qui virent naître cette structure conçue pendant  les nuits sorcières  à  ROSNY-SOUS BOIS , dans  l’esprit  d’un conclave.

Saisi par une mégalomanie compulsive ,  Simon MOUSSOUNDA s’érigea en leader sans leadership désigné et commença à couper les branches d’arbres de tous ceux qui pouvaient lui faire de l’ombre ou gêner son omnipotence, au point de se demander s’il n’obéissait pas finalement à une tour de contrôle extérieure de Paris ,  c’est à dire située dans l’Equateur .

Il vantât les mérites d’un soulèvement populaire qui curieusement  n’arrivera jamais mais dont  les termes  ont été  repris récemment par  un groupe de manipulateurs de la diaspora  pour  le  15 octobre 2021  .

Au file du temps ,  les observations font apparaître une répétition des faits et des effets comme dans les initiatives antérieures dont les origines peuvent peut être s’expliquer par les premiers pas ou les premier cris du bébé politique venant de naître .

Pour votre gouverne ,   il serait fondamental de rappeler que  l’apothéose  des débuts avait déjà failli tournée au cauchemar  , car     lEspace MONCASSIN  où fut célébré cette retrouvaille ou cette grand-messe est   l’un des  lieux  les plus onéreux  et le mieux feutré de  Paris pour  fêter une  victoire .

Comment – est ce  , des combattants se préparant à aller dans un champs de bataille peuvent s’adonner à des tours  de grands illusionnismes ,  en  vendant  la peau de l’ours avant de l’avoir tué , surtout qu’on y trouvait  également un officier de référence ayant une grande carrure en la personne du Colonel -Général Ferdinand M’BAOU  .

Ces spécialistes du labourage à contre- sens qui mettent la charrue devant les bœufs  , se sont retrouvés avec une note salée dans les bras , une ardoise dont les cotisations des membres n’avaient pas suffit à combler .

C’est ainsi qu’on fit appel au spécialiste du financement des opérations spéciales en la personne de monsieur Anthyme BAYIMINA  ,  cet ancien expert de la BAD (Banque Africaine de Développement) qui prêta déjà ses compétences dans les Assises et dans la Campagne Présidentielle  du Général MOKOKO, pour rappeler à chacun des membres à son devoir par la pression et le harcèlement,  tel un chien lancé sur des indésirables indécrottables créant du coup un sentiment de désolation de la part de ces derniers

La  gouvernance consensuellement choisie  ,celle d’un comité de pilotage se substituât  en une gouvernance dictatoriale, s’appuyant   sur une petite nomenklatura composée de trois personnes  dont  principalement  David LONGUI, le grand théoricien , logicien et doctrinaire ,Anthyme  BAYIMINA l’expert- démographe et MOUSSOUNDA lui même expert en transmission militaire .

Très vite dans une perfidie qui  le caractérise ,  le colonel MOUSSOUNDA ,  vida du  forum  et ce , sans sommation aucune de nombreux membres , qui ne pouvaient  plus accéder aux vidéos conférences faute de posséder les codes d’accès .

C’était sans oublier que notre colonel , qui appliquait des  méthode pouvant  s’apparenter a celle d un certain STALINE ,   qui chassa LAVRENTI   BERIA  et  Leon TROTSKY  , avait été initié aux pratiques russes pendant son séjour de formation militaire dans cet environnement glacial .

C’est ainsi ,  sans préparation aucune et surtout sans manque de discrétion  ,  on vit apparaître sur les toits des personnes   criant dans tous les sens  à l’instar  du  tonitruant Georges GOMA du Canada, qui promettait envahir   les rues de Brazzaville par une insurrection populaire.

Cette théâtralisation du combat politique mit vite la puce à l’oreille du  pouvoir de Brazzaville , qui ne tardera  pas de mettre   les produits dans les trous  afin de pousser  les rats  hors de leurs tanières.

Ce brillant  officier de transmission  et essayiste  à ses heures perdues   , se retrouvât au purgatoire avec  le cœur blessé pour avoir maladroitement et imprudemment livré ses ouailles  en pâture, lui qui assistât impuissant à la débâcle de la garde présidentielle du Président LISSOUBA face au Cobras de Denis SASSOU-NGUESSO , en 1997.

Ceci d’autant plus que l’équipe parti de Paris pour infiltration à Brazzaville tomba dans la gueule du loup

A notre prétendu officier de retourner à l’école.

YA  LUBU NINI NWETA NWETA , IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

 

Partager :

LE CLONE DE CHE GUEVARA : DONALD IMPERATOR.

Watch | Facebook

Dans le combat  politique  ,  1+1 = 2 et le nombre fait la force ,  car en voulant faire seul Donald IMPERATOR  se cassa la figure .

Du haut d’un  rocher il  tomba  par terre  ,  que d’énergies perdues , alors  que  s’il  avait joué avec   les  synergies   il serait  entrain de capitaliser les forces    de ses concitoyens qui malheureusement ne s’y sont plus reconnus .

A force de zigzaguer entre le Congo et le Panafricanisme et ce dans un flou artistique  , l’homme s’est  retrouvé quasiment seul avec  son  micro  entrain d’ aboyer   dans le métro  en s’adressant à des gens dont les préoccupations sont ailleurs .

Ce mélange à la fois de Che -GUEVARA , Kwamé  NKRUMAH , Thomas SANKARA, Patrice  LUMUMBA , MODIBO KEÏTA, MATSOUA, Simon  KIMBANGU , du  KINGOUNZA , laisse planer un doute sur la cohérence et la pertinence de la vision qu’il prône dans un combat dont on ne peut déterminer avec certitude les ressorts  au point de se demander si l’homme n’est pas  entrain de faire un saut vers l’inconnu.

Qu’on sera -t- il finalement  ?

Il  lui revient  à lui  et à lui tout seul  d’apporter un éclairage  sur les vrais déterminants de son combat afin que les soutiens ou les rejets se fassent de façon responsable, car la lutte politique se mène à l’image d’une équipe de football qui lorsque elle est sur un terrain déploie son jeu par rapport à une stratégie

Quelle  est alors celle  de notre clone de Che-GEUVARA , qui commence à faiblir au moment où il ne le faut pas ,  en mettant en exergue sur la place public     sa désillusion ,  son amateurisme, ses limites ,   qui laissent pantois plus d’un observateur.

Finalement  , l’homme au treillis militaire et aux costumes croisés comme l’autre là  ,  donnerait l’impression de s’être rendu compte que la soustraction en politique peut être fatale surtout face à un adversaire redoutable et tentaculaire.

A qui la faute ?

YA LUBU NIN  NWETA NWETA ,IL PIQUE MÊME LE PRESIDENT.

 

Partager :

JOHN BINITH DZABA LE LORD DE MABOMBO DANS SES BOUFFONNERIES.

 

L’art de parler ne suffit pas , tant qu’on n’a pas la capacité de prouver les propos qu’on avance dixit William Sinclair M.

Le tam-tam est tellement creux au milieu  ,qu’il fait beaucoup de bruit quand on le joue  ,  renchérit le vieux sage Korobo  Matsouaniste.

Tel un trouble -fait qui frise la mythomanie en plein désillusion  du combat politique dans la diaspora , il y a une attitude   qui est récurrente dans   cette lutte contre le système maffieux installé au Congo ,  c’est la constance de la recherche   de l’ estime de soi et de la reconnaissance par les autres .

Cela  est une caractéristique du narcissisme , ce  trouble de la personnalité , qui se manifeste soit par la grandiloquence , soit par la vulnérabilité .

La grandiloquence  se caractérise par la mégalomanie ,  l’égocentrisme  , alors que la vulnérabilité  se  manifeste  par l’insuffisance de l’amour de soi ou le manque d’assurance .

Émerveillé par les cameras d’Aristide Mobebissi ,   » l’homme qui met tout le monde d’accord «   , Jean – Benoît DZABA alias John – Binith  , c’est de  qui lui qu’il s’agit ,  a pris l’habitude de réagir systématiquement aux extravagances des pontes du régime de Mpila au nom de la diaspora ,  comme s’ il était commis dans un jeu de rôle créant du coup une dissonance contre les vrais thématiques préoccupantes de la situation du Congo.

Celui qui depuis deux années occupe la tête des Assises Nationales du Congo ,  fonction  pour  laquelle il s’est précipité au grand dam de l’initiateur de cette structure Antoine Page KIHOULOU , qui pensait son moment arrivé , ne sait curieusement jamais exprimé  au nom de cette même structure , donnant l’impression d’avoir reçu mission de l’ensevelir .

En revanche, il paraît  être plus visible au nom du SACER , cette structure qui revendique le  recours aux moyens non conventionnels pour accéder au pouvoir  à travers son outil de communication sur les réseaux sociaux ,  qui a la particularité d’égayer les congolais avec ses histoires rocambolesques qui se rapprocheraient du « Théâtre de Chez Nous » (Vue de loin , M’paka Lowi…)

Depuis son premier voyage aux Etats- Unis en 2014 avec le Ministre Jean Luc  MALECKAT ,  dans le cadre des Assises, où il s’afficha avec un officier de l’Armée Américaine (Us Army) dans les couloirs du département d’Etat , il s’est vu investi d’ une mission de sauvetage de la nation congolaise, marquant ainsi le début de son escapade médiatique dans le paysage audiovisuel alternatif de la diaspora  congolaise  , avec tout son lot de hauts et bas .

Peut il  en faire le bilan aujourd’hui  au lieu de continuer  à  brasser de l’air ?

Le pêché mignon des congolais  , c’est de ne pas  avoir une culture de résultats ;  à l’instar de SASSOU NGUESSO  .

Si ce n’était que pour noyer le poisson,   ce grand ami  de Willy ETOKA  ,  son compagnon du Lycée Agricole au KM 17 entre 1987 et 1990 ,  à qui il ne rate jamais l’occasion de faire un clin d’œil ,  comme  pour lui rappeler les bons souvenirs de NSANGAMANI et du bar le VATICAN , ce   friand des costumes rayés( M’béendé) , peut- il nous regardés les yeux dans les yeux  ?

Récemment encore lors dés funérailles du Président  Pascal LISSOUBA  à Perpignan  , il n’a pas raté l’occasion de  se distinguer    comme il aime  bien  en s’affichant attablé  avec entre autre    le distingué  Pascal TSATY- MABIALA Chef  de file de l’opposition constitutionnelle de  SASSOU NGUESSO , qui a disparu des radars depuis   sa neutralité empoisonnée  , alors que la récréation politique est terminée depuis le 21 Mai  2021.

On ne manquera pas de faire un clin d’œil à ses compagnons de beuverie qui ne voulaient pas non plus passer inaperçu   lors de ce grand moment ,  à savoir le président Francis MOUKETO , et  le philanthrope Godefroy KARANDA,  qui d’ailleurs se sont évaporés  dans la nature laissant les congolais dans leur soif quant à leur gouille incomparable.

Pour notre gouverne ,  le visage de la vérité est redoutable mais apporte le salut.

YA LUBU NINI NWETA NWETA, IL PIQUE MËME PRESIDENT. 

 

Partager :