Les régimes matrilinéaire et patrilinéaire sources de déstabilisation de l’état-nation du congo.

 

Le patriarcat

Les enfants n’ont pas de mère dans le patriarcat .Mais ils ont des pères et des tantes paternelles.

Le père transfert ses enfants auprès d’autres pères qui sont des frères et  ses sœurs dans le lignage et dans son clan paternel.

La famille ne se situe pas dans le ménage, mais dans le lignage paternel dont les sœurs comptent directement dans le foyer du frère.

La famille formée entre les frères et les sœurs étant sans foyer, emprunte celui du frère dans lequel il vit avec son épouse et ses enfants.

La cellule familiale est déstabilisée dans le patriarcat et déstabilise également l’état.

Le matriarcat

Les enfants n’ont pas de père dans le matriarcat .Mais ils ont des oncles et des tantes maternels.

La mère transfert ses enfants auprès d’autres mères qui sont ses sœurs et ses frères dans son lignage et son clan maternels.

La famille ne se situe pas dans le ménage, mais dans le lignage maternel dont les sœurs comptent directement dans le ménage du frère.

Cette famille est sans foyer également et emprunte celui de son frère.

La cellule familiale est déstabilisée dans le matriarcat et déstabilise également l’état, puisque c’est la même cellule familiale qui sert l’état-nation d’avoir les hommes pour se construire.

Ces hommes étant déstabilisés depuis la famille patriarcale et matriarcale qui ont déstabilisé la famille conjugale, sont ingouvernables dans le pays, parceque ils sont ingouvernables de la cellule familiale par les régimes matrilinéaire et patrilinéaire qui divisent la cellule familiale en y introduisant des élément se constituant en lignages et non en ménage dans la cellule familiale.

(extrait de la dialectique de la parenté familiale Africaine Antoine Mandziono Tata Nzo.)

Armand Mandziono Mwana Nzo, le Nzoïste.

Partager :

De la violation des libertés publiques Aux crimes contre l’humanité.

Le Congo patauge dans un océan d’indifférence de meurtres. Les évènements survenus au, commissariat chacona de mpila ne sont que l’aboutissement d’un processus engagé depuis, la guerre coup d’état du 5 juin 1997.

A l’instant même ou sassou nguesso s’emparait de la magistrature suprême, par la voix des armes.

Des le début de sa présidence, le destructeur infatigable de la société congolaise s’est comporté en , effet comme-ci le fait d’avoir prit le pouvoir par des moyens anti- constitutionnels, lui conférait non seulement le droit de tous les pouvoirs mais, encore un droit de vie et de mort sur  ces concitoyens devenus ses sujets.

Cela se traduit par une escalade continue dans la négation de l’état de droit sur lequel, pourtant, les forces sociales et religieuses du pays n’arrêtent de tirer la sonnette.

La liste exhaustive des atteintes portées depuis 1997 à nos jours, aux libertés fondamentales individuelle ou collective est connue de tous.

Il sied de rappeler les violations des plus flagrantes perpétrées par le gouvernement congolais durant plus de vingt un an de pouvoir de sassou (affaire de mpila 4mars 2012,arrestation de ntsourou, affaire ntumi.)

Pour prendre la mesure des crimes odieux commis pendant tout le règne de sassou en toute impunité, et sans que la communauté internationale s’en émeuve, dans la démocratie très particulière que les nouvelles autorités congolaises adoubés par la France prétendaient restaurer au Congo qu’ils ont transformé   tragi-comédies.

Armand Mandziono,Mwana Nzo, le Nzoïste.

 

Partager :

Pourquoi le clan(M’vila) serait il un tabou ?

 

 

  Entre penser , réfléchir et écrire, le colon avait choisi d’ apprendre au colonisé à  écrire et non de penser et de réflechir afin, qu’il  devienne manipulable à sa guise et qu’il renit ses valeurs , ses principes , son  identité et qu’il dépende de son paternalisme .

utilisant les méthodes que Aimé Césaire relate dans son fameux discours sur le colonialisme.

En demandant aux Bakoongos du pool de décliner leurs clans(Mvilas), je m’attendais bien aux réactions caricaturales des uns et des autres sans se poser la question de savoir ou est ce que je voulais en venir.

95°/° des congolais m’ont prêter aveuglement  des intentions négatives extirpées de leurs têtes , loin de mes pensées et de ma vision républicaine.

Cela s’explique du fait que penser et réflechir n’ont jamais été incorporé dans le logiciel du colonisé qu’ils ont été ,même affranchit aujourd’hui  celui-ci demeure culturellement prisonnier de tous ce que son maître d’hier lui a inculquer à savoir se renier, n’accepter que ce qui vient d’ailleurs conçus par lui .

Enfin, il s’agit des clans( Mvilas)

Pourquoi en parler serait-il tabou ?

C’est parce que ils continuent d’exister jusqu’à preuve du contraire.

Quoiqu’étant tous frères, les Bakoongos sont issus de différent clans(Mvilas) qui sont en fait la parenté essentielle et fondamentale. selon la tradition,il existait trois clans de base: le clan Nsaku, le clan Nzinga et le clan Mpanzu dont je me passerai de vous faire le récit.

Pour aborder plus l’importance des clans de nos jours ou, les villages du pool sont entrain d’être raser par des cobras de sassou et la complicité des barbouzes français.

Un village Bakoongo peu t-être rayer de la carte comme a été rayer mpangala mais ,un clan ne saurait s’éteindre .Le clan(Mvila) reste la pièce essentielle du système social Koongo .

La collectivité de tous les descendants par filiation utérine, d’une aïeule commune et qui portent le nom de cette collectivité.

Il comprend tous les individus des deux sexes, les défunts et les vivants. chaque clan a une devise que tous Bakoongo rappellent lors des circonstances solennelles, ou utilise pour calmer l’enfant qui pleure. Certains clans ont un animal -totem, comme le léopard ou le caïman, et des interdits alimentaires .

Les douze clans ont les mêmes lois transmises de génération en génération depuis le royaume du Kongo applicables à tous les Bakoongos de quel que pays qu’ils soient. Les ancêtres les leur ont inculquées très rigoureusement quand ils se sont séparés pendant les migrations.

Je persiste et je signe que les Bakoongos  forment un grand peuple mais pas supérieur.Ce n’est ni un peuple barbare ni banal

C’ est pourquoi , les Bakoongos, ou qu’ils soient, doivent être déterminés à préserver et à défendre coûte que coûte la culture, la langue, les coutumes Koongos et leur identité dans cet environnement qui tend à influencer, dénaturer les Bakoongos.

La population  Congolaise est constituée  par une mosaïque des peuples,  les autres peuples du Congo n’ont pas les mêmes coutumes que le peuple Koongos seul, le peuple Téké a des coutumes similaires aux Koongos.

Quant aux peuples Bakouélé, Likouba, Mbochi, Sanga-Sanga, Ngala, sans oublier les déportés des conquêtes  de l’empire coloniales dans les différents coins de L’Afrique.

Qui ont été regroupés au fort rousset d’où ils ont été reparti à l intérieur du Congo  ect …ils ont des coutumes assez différentes des Koongos.

par exemple ils se disent patrilinéaires pour se donner une identité qu’ils n’ont pas en réalité c’est ce qu’ils appellent les peuples du nord au contraire des Bakoongos qui sont matrilinéaires, parceque ils estiment que le sang est transmis par la mère et que, ils appartiennent à son clan.

Ce qui est même vérifiable en observant le fonctionnement du règne animal mais, cela n’empêche pas que les Bakoongos et les autres peuples aspirent a un même idéal  qui est la  nation congolaise .

WA DIA FUA YIKA DIO(travaille à accroître l’héritage reçu)

Armand Mandziono ,Mwana Nzo, le Nzoïste

Partager :

LES FOURBERIES DES SANGSUES DU POOL

Comment les bakoongos du pool peuvent ils être des sangsues de leur propre région eux , qui ont l’ADN des  bakoongos qui étaient formés par des grandes écoles comme le kimpasi, kikimba,le buelo et le lemba ces écoles qui formaient l’élite  kongo dont l’accès etait libre mais, il fallait remplir certains critères pour y accéder.

les étrangers n’y étaient pas admis c est pourquoi certains portugais qui tentèrent d ‘y rentrer ne réussirent point.

Au regard de la somme de toutes les fourberies autour de la situation du pool.

Il ya de quoi à en déduire que scapin était d’origine  congolaise et de la région du pool.

Par de hardis stratagèmes , l’inventif homme du pool, pense le pool face aux spadassins qui détruisent son  département, il entend se venger sous d’autre forme dont la méthodologie ne relève que d’une fourberie éventée.

Notre propos n’est pas pour critiquer les milles et une initiatives  éparses des ressortissants de cette contrée.

Mais des deux chose l’une les populations du pool sont victimes des machinations et soubresauts politiques des gouvernants de la supposée république.

Il serait plus judicieux et de bonne justice que les revendications sur le pool soient l’œuvre des associations de la société civile des originaires du département.

En lieu et place de je , moi j’ai dit, je veux car, il n’est  pas oublier que le pool est une entité qui fait partie intégrante  de l’etat-nation du Congo, très complexe et diversifié.

A vouloir chercher, à avoir l’exclusivité sur la situation chaotique du pool. On s’attire la jalousie des autres.

Le pool est béni de Dieu par principe quelque chose bénit est toujours convoitée par tous.

D’où le tout sauf le pool est un argumentaire d’échec pour la renaissance et le rayonnement du département .

Cette situation devrait en réalité amorcée la réconciliation du congolais avec lui même, pour un Congo que la génération finissante doit léguer comme héritage aux futures générations.

La suprématie des intrigues politiques sur la région du pool ne pourra  qu’être déséquilibré par un essor économique de ces ressortissants

Mbemba kenda, kenda  ntululu wa ndi fuma

Armand Mandziono ,Mwana Nzo ,le Nzoïste.

Partager :

Marion Muandzimba: Professeur émérite ou professeur tournesol.

Cet enfant chéri et gâté de l’intelligentsia du monopartisme qui, après avoir soutenu sa thèse sur les modes d’organisations du Pct.

Immédiatement recruté à l’unique université Marien Ngouabi du Congo ,comme enseignant au même moment ou le Congo vivait une diète, socio- économique.

Après un plan de rigueur imposé par le du FMI, banque mondiale il ya de quoi à se demander, comment a-t-il pu passer les mailles du filet au moment ou toute forme de titularisation dans la fonction publique était proscrite, fort de ses acquaintances avec ceux là même qu’il pourfendait et qu’il continu à pourfendre toujours.

A en croire qu’il joue un jeu. Monsieur le professeur comme il affectionne tant se faire appeler par ses nombreux zouaves de l’université.

Réussir même à se hisser à cette époque de la fin des années 80 ou se pose comme aujourd’hui avec la même intensité, la question de la survie du PCT, au poste de dircab auprès du ministre du travail et de la fonction publique, en la personne de madame Jeanne Dambendzet.

Celui qui aujourd’hui semble rejeté la responsabilité du désastre du Congo aux autres s’est illustré comme étant, le géniteur des fameux recrutements anarchiques de 1990, dont les effets financiers sont encore très visibles et dont les mécanismes ont servi de base  de principe  » TOSA ,O LIA  » lors du retour du tyran en 1997.

Non content de cet exploit, il récidivât en 1998 en tant dircab du ministre de la défense en la personne de Justin lékoudzou avec l’opération Mwébara comme coordonnateur principal des opérations et des escadrons de la mort dans le pool.

Fort de son bagraound monsieur le professeur ne comprend toujours, comment n’a-t-il pas été récompensé à sa juste valeur comme ses corégionnaires en tant que ministre.

C’est  de ce désaccord naquit , sa rébellion contre l’ordre du roi et ce qui donnât naissance à l’association Marien Ngouabi éthique, dans laquelle collabora un certain Mabilémono bienvenu.

Ce génie de monsieur le professeur n’hésitât pour se faire valoir comme l’un des meilleurs de sa génération de concevoir des scénarios de persécution contre sa personne à l’image de du faux attentat fomenter par François Mitterrand au niveau du palais de Luxembourg.

D’ailleurs récemment suites aux événements liés aux élections de 2016, monsieur le professeur a réussi un autre exploit, celui d’échapper aux hommes de la DST.

Pour se retrouver mystérieusement au bord de la seine, comme l’autre là  avec son mpini devant le petit matin.

Au regard de tous ces faits, on peut se demander si monsieur le professeur ne sait pas tromper de métier car, il excelle beaucoup mieux comme un metteur en scène hollywoodien qu’un enseignant.

Armand Mandziono, Mwana Nzo, le Nzoïste.

Partager :

KIKI NGUESSO-COLLINET MAKOSSO MARIAGE POUR TOUS,COMME PACTE DE DESTRUCTION DU POOL.

Le temps passe tellement vite mais les habitudes ne changent pas tel est la loi qui gouverne, la sphère politique congolaise.

Sinon comment comprendre, au soir des 42 ans d’union sacrée entre Antoinette Tchibota et Denis Sassou nguesso , l’homme Dieu qui marquât, le commencement du début de la suprématie des ténèbres dans un Congo béni de Dieu.

En vérité, en vérité l’histoire commence à Kinshasha lorsque Ange Diawara dans sa traque pensait trouver refuge en se confiant naïvement auprés de leur  Bokilo en la personne de mama Poteau. Mais hélas! c’etait sans oublier malheureusement pour lui, les liens que celle-ci entretenait avec les familles régnantes des deux congo.

Sous le sceau des affaires florissantes qui se négociaient, c’est pendant cette période qu’il rencontrât son compagnonnant d’armes et de lutte, le sois -disant miraculé du petit matin Guy romain Kinfoussia, l’homme du mpini qui échappa à la mort et se retrouva à Kinshasha en , partant d’itatolo à pied jusqu’à Madibou pour se retrouver à Kinshasha ou il avait trouvé refuge chez les bonnes sœurs à l’image du tortionnaire nazi Paul Touvier qui fut aux bons soins de l’église catholique en France . Avant de rejoindre Paris la ville lumière bref.

L’histoire est entrain de se répéter avec le nouveau mariage pour tous entre Collinet Makosso et kiki nguesso le futur…

Autrement dit, ça chauffe entre le kébé- kébé et le bikoko .

Collinet Makosso cet originaire du Kouilou , homme de lige d’Antoinette Sassou au mépris de l’histoire post-coloniale s’est permit lors d’une interview sur télé Foufou, de noircir l’image des ressortissants du pool en le présentant comme la zone la plus frondeuse et dangereuse pour l’équilibre de notre bien commun , le Congo depuis le 16 -ème siècles.

Comment un soit -disant intellectuel de si haut rang social et de surcroît ministre d’une supposée république.

Peut -on avoir une aussi grande méconnaissance de l’histoire de son pays, lui qui est de surcroît Kongo ?

Comment a put -il descendre son cerveau dans sa culotte ?

Armand Mandziono Mwana Nzo, le Nzoïste.

Partager :

QUAND LE MENSONGE PRECEDE LA VERITE LARI DE POTAL

Nfoundou » trahi par manque de confiance, n’est-ce pas !

Le Vendredi 5 mai 2017 11h32, Dr LOUBELO <[email protected]> a écrit :

Bonjour chers frères !

C’est un message privé adressé aux destinataires dont les noms sont visibles pour simple information.

Chacun trouvera ci-dessous le Mel adressé à des personnes qui ont pris part aux deux premières réunions.

Envoyé via IPad 2 (Pr EFL)
**********
Début du message transféré :

Expéditeur: Dr LOUBELO <[email protected]>
Date: 4 mai 2017 23:13:33 UTC+2
Destinataire: malonga Theodore <[email protected]>, « Jean Claude (ptb) NTsangou » <[email protected]>, « Alexis (ptb) Miayoukou » <[email protected]>
Objet: Appel de Mandziono

Bonjour,

Armand m’a manqué au téléphone à 20h, je l’ai rappelé à 22h. Il voulait savoir ce que je pense de son Mel d’invitation au débat sur le Pool de samedi 6 mai. Je lui ai dit sans gants qu’il fasse le tour des amis qui ont part aux deux premières réunions pour avoir leur avis sur ce Mel qui est contraire à ce que nous nous sommes dit. Je le rappelle ici : pas de diffusion sur le Net (par Alexis). Discrétion totale jusqu’au bout !

En effet tout devrait rester « Nfundu » entre nous ! Malheureusement il fait tout à sa tête derrière notre dos !

C’est publié sur sa page Facebook de façon détaillée ! Avez-vous donné votre accord et l’avez-vous partagé ensuite pour l’amplifier sur les réseaux sociaux ?

Il a tenté de me faire comprendre qu’il a raison de faire ainsi et que si ces gens venaient à la réunion, il leur demanderait pourquoi ils ne font rien sur le Pool etc….!

Il voulait nous exposer physiquement en ayant déjà alerté tout le monde que nous sommes bien dans cette démarche sans doute pour la monnayer derrière notre dos pour mission accomplie, ou quoi ! « Est pris qui croyait prendre ! » Dit un adage !

Je lui ai rappelé qu’il n’a pas respecté ce qui a été proposé donc acquis à la première réunion. Par conséquent je lui ai dit qu’il ne me verra plus auprès de lui dans ce projet qui mène sans succès sur Facebook depuis 3 ans au moins ! Il m’a donc contacté pour le relancer de nouveau, je lui avais proposé de contacter d’autres Poolistes connus : Théodore, Jean-Claude…. C’est à la suite que nous nous sommes retrouvés pour débuter cette démarche ou ce projet au cours de nos échanges.

Voilà le résumé ce dernier appel téléphonique avec lui sur le Pool.

Envoyé via IPad 2 (Pr EFL)

AFFAIRE A SUIVRE POUR D AUTRES REVELATIONS,QUI VIVRA VERRA !

Armand Mandziono Mwana Nzo ,le Nzoïste

 

 

Partager :